Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La grammaire
Le nom > Accord du nom en phrase > Nom épithète



Cadre

 

Le nom cadre entre dans la formation de composés du type : loi-cadre, programme-cadre, plan-cadre, entente-cadre. De manière générale, le nom cadre vient préciser qu’il s’agit d’un texte qui sert de base à l’élaboration d’un document plus détaillé dans ses applications; il a le sens de « structure ». Ces composés sont attestés dans les dictionnaires avec un trait d’union et les deux éléments prennent la marque du pluriel (des lois-cadres, des ententes-cadres, etc.).

 

Exemples :

 

- Nous travaillons actuellement à un nouveau programme-cadre.

- Ce projet s’inscrit parfaitement dans le plan-cadre proposé.

- Les ententes-cadres facilitent la collaboration des organismes participants.

 

 

Par ailleurs, pour désigner collectivement l’ensemble des personnes qui composent le personnel d’encadrement d’une entreprise ou d’un organisme, on a le nom pluriel : les cadres. Par extension, le mot cadre désigne maintenant un seul individu faisant partie de ce personnel. Cet emploi a d’abord été critiqué; l’Académie française publiait un avis en 1965 dénonçant cet emploi abusif arguant que pour encadrer, donc entourer, il faut nécessairement être plusieurs. L’usage a eu raison de cette logique et aujourd’hui, le sens individuel est accepté. Le mot cadre désigne une nouvelle catégorie sociale occupant une place bien précise dans le monde du travail. Ce nom est épicène, c’est-à-dire qu’il a la même forme au masculin et au féminin; on dira donc un cadre et une cadre. C’est le déterminant qui indique s’il s’agit d’une femme : la cadre, une cadre.

 

Exemples :

 

- Une rencontre des cadres avec les ouvriers est fixée en vue des négociations.

- Le salaire des cadres est plus élevé mais leurs responsabilités sont plus grandes.

- Il n’a qu’une ambition dans la vie : devenir cadre dans une grande entreprise.

- Elle est devenue cadre en moins d’un an.

 

La forme femme cadre n’est pas à privilégier. De manière générale, ce mode de formation (avec l’élément femme) pour féminiser les appellations de fonction n’est pas celui que recommande l’Office québécois de la langue française. En outre, la France, la Suisse et la Belgique vont dans le même sens.

 

Néanmoins, si, dans un contexte au pluriel, on veut indiquer clairement que des cadres sont des femmes (car les déterminants pluriel les et des ne peuvent pas l’indiquer), on peut faire précéder cadres de femmes. Dans ce cas, le mot cadres est en apposition. Les deux mots ne sont pas liés par un trait d’union et tous deux prennent un s.

 

- Les femmes cadres constituent encore un faible pourcentage du personnel dirigeant.

 

D’autres composés construits sur le même modèle (personnel cadre, conseiller cadre ou conseillère cadre et fonction cadre) sont maintenant attestés. À noter que, dans ce contexte, on ne met pas de trait d’union.

 

 

Pour en savoir davantage, vous pouvez aussi consulter les articles Généralités sur le nom épithète et Dans le cadre de.

 

 

 

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles