Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La grammaire
L'adjectif > Cas particuliers d'accord de l'adjectif



Plein

 

Le mot plein peut avoir divers emplois; il est tantôt variable comme nom ou adjectif, tantôt invariable comme adverbe ou préposition. De plus, dans certains de ces emplois, plein relève de la langue familière et d’autres formulations peuvent rendre la même idée dans un registre plus neutre.

 

D’abord, comme nom, plein s’emploie surtout dans certaines expressions.

 

Exemples :

 

- Ils se sont dépêchés de faire le plein d’essence avant l’augmentation annoncée.

- On a fait le plein avant de prendre la route.

- Ce candidat a fait le plein des votes. (« il a recueilli le maximum de votes »)

- La mer bat son plein. (« la mer à marée haute bat le rivage »)

- La fête battait son plein lorsqu’on est arrivés.

- Les activités battent leur plein depuis le début de la saison.

 

 

Comme adjectif, plein connaît plusieurs emplois dont certains dans des locutions où le mot  est précédé d’une préposition et suivi d’un substantif qu’il détermine, par exemple dans les tours : en plein (en plein soleil, en pleine rue, en plein champ, en plein hiver), à plein (à plein ciel, à pleines mains, à pleine bouche, à pleins poumons, à plein régime), de plein (de plein droit, de plein gré).

 

L’adjectif plein peut aussi prendre une valeur intensive lorsqu’il est placé devant le nom qu’il détermine : avaler un plein verre de quelque chose, donner les pleins pouvoirs à quelqu’un, avoir une pleine boîte de quelque chose.

 

Ce type de constructions a parfois donné lieu à la création d’un nom composé.

 

Exemples :

 

- Le nouveau ministre a pour objectif une politique de plein-emploi. (ou plein emploi; les deux graphies sont acceptées mais le trait d’union semble s’imposer dans l’usage).

- Finis les emplois à mi-temps, je cherche maintenant un plein-temps. (ou plein temps)

- Pendant les vacances, nous voulons faire des activités de plein air avec les enfants.

 

Il faut éviter de confondre plein et plain. On trouve plain, du latin planus « plan, plat », presque exclusivement dans plain-pied et plain-chant. On écrira donc : le terre-plein (et non terre-plain) d’une autoroute (au pluriel, les terre-pleins); par ailleurs, la forme soudée terreplein (des terrepleins) est une des propositions faites dans le cadre des rectifications de l’orthographe.

 

Toujours comme adjectif, plein s’emploie couramment dans le tour plein de pour signifier « qui a ou qui contient beaucoup de ». Par exemple : les yeux pleins de larmes, une nappe pleine de taches, un texte plein de fautes, des rues pleines de monde, des champs pleins de fraises, les poches pleines d’argent. Au Québec, on connaît également l’expression familière avoir les mains pleines de pouces. Dans tous ces emplois, plein est adjectif et, par conséquent, il s’accorde avec le substantif, placé devant, qu’il détermine.

 

 

L’idée de « grande quantité dans » peut également être rendue par l’emploi de plein comme préposition. En emploi prépositionnel, plein demeure invariable.

 

Exemples :

 

- Nous sommes revenus de voyage des souvenirs plein la tête. (comparé à : la tête pleine de souvenirs)

- Il avait des larmes plein les yeux en lui disant adieu. (comparé à : les yeux pleins de larmes)

- Un jour, son frère est revenu avec de l’argent plein les poches. (comparé à : les poches pleines d’argent)

 

Si on s’accorde en général pour dire que l’emploi prépositionnel de plein est aujourd’hui courant et correct, il en reste quelques-uns pour lui préférer, dans la langue soutenue, l’emploi adjectival. Quant à l’expression en avoir plein le dos tout comme la variante québécoise en avoir plein son casque, elles relèvent de la langue familière.

 

Enfin, plein s’emploie aussi dans les expressions plein de et tout plein de; il a alors le sens de « beaucoup de », est invariable et considéré comme familier. Dans un registre plus neutre, on pourra remplacer (tout) plein de par beaucoup de mais aussi par une foule de, une multitude de, un grand nombre de, tant de, énormément de, une grande variété de, etc., selon le contexte.

 

Exemples de la langue familière :

 

- Il y avait déjà plein de curieux quand je suis arrivé sur les lieux.

- Lorsqu’on lui a demandé s’il avait beaucoup d’amis, l’enfant a répondu qu’il en avait plein.

- Il a reçu plein de cadeaux pour son anniversaire.

- Je connais tout plein de gens prêts à t’aider.

- Après l’annonce de la nouvelle mesure, on a vu plein de monde descendre dans la rue pour manifester.

- Je me sentais bien loin de chez moi où j’avais laissé plein d’amis.

 

 

Enfin, soulignons que, sauf pleinement qui s’écrit aussi avec ei, les autres formes qui se rattachent à plein s’écrivent avec un é : plénière (le masculin est rare), plénitude, plénipotentiaire et plénum (ou plenum).

 

Pour en savoir davantage, vous pouvez également consulter l’article À temps plein ou à plein temps.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles