Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La syntaxe
Les prépositions > Préposition après un verbe



Aider

 

La construction avec complément indirect aider à quelqu’un était courante aux XVIIe et XVIIIe siècles. Elle a été supplantée dans l’usage standard actuel par la construction directe aider quelqu’un, mais elle reste encore répandue en français régional de même qu’au Québec et en Acadie.

 

Selon la norme grammaticale actuelle, il est donc préférable de faire suivre le verbe aider d’un complément direct lorsqu’il s’agit d’une personne.

 

Exemples :

 

- Il a aidé ses collègues qui ne connaissent pas ce nouveau logiciel.

- On a tout fait pour les aider à s’en sortir. (plutôt que : On a tout fait pour leur aider à s’en sortir.)

- Tous ses amis sont allés l’aider à déménager. (plutôt que : Tous ses amis sont allés lui aider à déménager.)

 

En revanche, la construction aider à peut être employée lorsque le complément n’est pas une personne; aider à quelque chose, c’est « contribuer à la réalisation de cette chose ». De même, on a aider à lorsque le complément est un verbe à l’infinitif.

 

Exemples :

 

- Ces nouvelles mesures aideront à la reprise économique.

- La consommation de produits laitiers aide à l’absorption d’autres éléments nutritifs.

- Ton amitié l’a aidé à surmonter sa douleur.

- Les gestionnaires ont suivi une formation pour les aider à résoudre des conflits.

 

Il est intéressant d’observer que aider quelque chose et aider à quelque chose sont tous deux possibles mais que l’on pourra privilégier une forme ou l’autre selon ce que le complément désigne. Ainsi, on recourra naturellement à la construction transitive indirecte lorsque le complément est un substantif d’action; on dira aider à la reconstruction ou à la mise en œuvre de quelque chose, mais aider la nature, la classe moyenne. Cette distinction n’opère cependant pas toujours et il y a des cas où les deux formes sont équivalentes, par exemple : aider à la digestion ou aider la digestion.

 

En plus d’un complément direct, aider peut également avoir d’autres compléments introduits par les prépositions dans, pour, de ou par : aider quelqu’un dans son malheur, dans son travail, pour une soirée, aider quelqu’un de ses conseils, par ses actions, etc.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles