Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Les anglicismes
Anglicismes morphologiques



Supposément

 

L’adverbe supposément est fréquemment employé au Québec. Il est formé régulièrement, à partir d’un adjectif auquel on a ajouté le suffixe -ment. Ce mode de formation est encore très productif en français et les adverbes censément et prétendument, par exemple, sont ainsi formés.

 

Plus rarement employé en France, supposément est cependant consigné dans le Trésor de la langue française qui cite d’ailleurs Julien Green; on en trouve également d’assez nombreuses attestations dans la presse européenne.

 

Toutefois, c’est sans doute l’influence de l’anglais supposedly qui explique la grande fréquence de son emploi au Québec. Si supposément n’est pas nécessairement un terme à éviter, puisqu’il s’intègre normalement au système du français, on aurait avantage à lui préférer parfois un autre terme dans un souci de plus grande précision sémantique. Il y a plusieurs manières de rendre la même notion en français, selon le contexte.

 

Exemples :

 

- Le suspect était supposément en voyage au moment des faits.

- Après l’accident, l’homme est reparti supposément pour aller chercher de l’aide. On ne l’a pas revu.

- Cet expert supposément compétent a été appelé à témoigner au procès.

- Ces produits supposément inoffensifs se sont avérés nocifs pour la santé des consommateurs.

- Son mari allait souvent à Montréal, supposément pour ses affaires.

- Il était supposément trop malade pour rentrer au travail.

- Des pays supposément développés adoptent des politiques semblables.

 

On pourrait dire autrement :

 

- Le suspect aurait été en voyage au moment des faits.

- Après l’accident, l’homme est reparti en prétextant aller chercher de l’aide. On ne l’a pas revu.

- Cet expert, en principe compétent, a été appelé à témoigner au procès.

- Ces produits prétendument inoffensifs se sont avérés nocifs pour la santé des consommateurs.

- Son mari allait souvent à Montréal, soi-disant pour ses affaires.

- Il était soi-disant trop malade pour rentrer au travail.

- Des pays qu’on dit développés adoptent des politiques semblables.

 

 

L’adverbe censément, qui a parfois été proposé pour remplacer supposément par des spécialistes de la langue, relève d’un style plus littéraire dans l’usage québécois et n’est donc pas utilisé spontanément par les locuteurs. Des équivalents du type apparemment, en principe, soi-disant ou prétendument s’inscrivent davantage dans le même registre de communication.

 

Pour en savoir davantage, vous pouvez consulter l’article Soi-disant.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles