Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




L'orthographe
Homophones lexicaux



Goûter et goutter

 

Goûter et goutter sont des homophones, c’est-à-dire des mots de même prononciation mais n’ayant pas le même sens.

 

Le verbe goûter, avec un seul t et un accent circonflexe, est de la famille de goût. Ce verbe a pour sujet une personne. Ainsi, on goûte à ou de quelque chose, c’est-à-dire que l’on en mange ou que l’on en boit pour la première fois ou en petite quantité. Des spécialistes (des goûteurs) goûtent également des aliments pour en vérifier la saveur. Goûter un plat signifie qu’on l’apprécie, qu’on le savoure et, au figuré, goûter le moment présent, goûter au calme, c’est en jouir, en profiter, l’apprécier.

 

Exemples :

 

- En voyage, je veux goûter à tous les plats que je ne connais pas.

- Il ne prenait pas le temps de goûter les mets succulents qu’on lui servait.

- Elle est toujours pressée; elle ne sait pas goûter aux petits plaisirs de la vie.

 

Au Québec, on connaît un autre emploi de goûter où le verbe a comme sujet la chose goûtée. On dit couramment qu’un aliment goûte quelque chose ou qu’il goûte bon ou mauvais. Cet emploi est également courant en Belgique et dans des parlers du nord et de l’est de la France. Le fait que cet usage soit ainsi connu dans plusieurs régions de la francophonie donne à penser qu’il pourrait s’agir d’un emploi ancien du français populaire qui a continué à vivre dans certaines aires et non pas, comme certains l’ont dénoncé, d’une influence de l’anglais to taste.

 

Exemples :

 

- Cette viande goûte le sapin.

- Désolé, ça goûte un peu le brûlé, j’ai oublié le poulet au four.

- Le vin goûte le bouchon.

- Les enfants trouvent toujours que les sirops goûtent mauvais.

 

Outre goût et goûteur déjà mentionnés, d’autres mots comme dégoût, dégoûter, dégoûtant, ou son contraire ragoûtant, de même que les composés avant-goût et arrière-goût font partie de la famille de goûter.

 

Son homophone, le verbe goutter, avec deux t et sans accent, est dérivé de goutte. Il n’est pas usité au Québec où c’est la forme dégoutter qui est courante. Les deux verbes sont synonymes. Goutter peut signifier « tomber goutte à goutte » (de l’eau, du sang qui goutte) ou « laisser couler goutte à goutte » (un robinet, un toit qui goutte), il est alors synonyme de fuir.

 

Exemples :

 

- Il a fallu mettre un joint pour arrêter le robinet de goutter.

- Le sang gouttait sur sa chemise blanche.

- Son parapluie goutte sur le plancher.

 

Le mot goutte a servi à former d’autres mots : gouttelette, gouttière, égoutter, dégoutter, compte-gouttes.

 

Il faut également distinguer les homophones dégoûter et dégoutter, qui se rattachent aux deux familles décrites.

 

Exemples :

 

- Son comportement dans cette affaire m’a dégoûté.

- L’eau dégoutte du toit.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles