Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Le vocabulaire
Autres questions de vocabulaire



Échange

 

Au sens de « communication réciproque entre deux ou plusieurs personnes », le substantif échange se construit habituellement avec un complément qui désigne ce qui fait l’objet de l’échange. On dira ainsi un échange de lettres, de notes, d’informations ou, avec un complément abstrait, un échange de vues, d’idées, d’opinions.

 

Or, on tend de plus en plus à utiliser le mot échange sans complément. C’est alors le contexte qui indique qu’il s’agit d’une relation de communication. Le nom échange, employé surtout au pluriel, est alors généralement accompagné d’un adjectif qualificatif ou d’un complément qui explicite les circonstances de l’échange. Il est à noter que cet emploi elliptique s’observe un peu partout dans la francophonie, bien que très peu de dictionnaires l’attestent à ce jour.

 

Exemples :

 

- Nous avons eu des échanges fructueux.

- Les échanges entre les deux homologues ont été brefs.

- Les échanges sur ce sujet controversé se sont poursuivis tard dans la nuit.

- Ce fut un échange fécond, qui marqua le début d’une collaboration précieuse entre eux.

 

Le même phénomène est observé avec le verbe échanger pris dans le sens de « discuter, converser, parler ». Ce verbe est habituellement suivi d’un complément d’objet direct; on dira ainsi échanger des idées, des impressions, etc. Mais l’emploi elliptique, c’est-à-dire sans complément d’objet, tend à se répandre, quoique moins largement que dans le cas du substantif échange. Encore là, on observe normalement différents compléments qui précisent les circonstances de l’échange.

 

Exemples :

 

- Nous avons longuement échangé sur la question de l’égalité devant la loi.

- Les membres de la direction ont échangé avec des parents inquiets de la situation.

- Il aurait fallu échanger davantage pour bien comprendre leur point de vue.

 

 

Le contexte doit indiquer clairement qu’il s’agit d’échanger des idées, des opinions ou des points de vue, sans quoi il demeure préférable de préciser, à l’aide d’un complément d’objet, ce qui est échangé.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles