Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Les anglicismes
Anglicismes morphologiques



Finaliser et finalisation

 

Le verbe finaliser est très fréquemment utilisé depuis quelques années dans le sens de « mener à terme, régler les derniers détails d’un projet, d’un dossier, d’une entente, etc. ». Après avoir été condamné comme calque de l’anglais to finalize, l’usage l’a finalement emporté et le mot est maintenant accepté autant en France qu’au Québec. C’est un mot à la mode, mais il ne faudrait pas qu’il éclipse d’autres termes qui permettraient d’apporter des nuances intéressantes. Ainsi, les verbes achever, compléter, conclure, parachever, parfaire ou les locutions mettre la dernière main à, régler les derniers détails, peuvent lui être préférés, selon les besoins du contexte.

 

Exemples :

 

- On pense pouvoir finaliser (ou conclure) l’entente avant la fin de la semaine.

- Les parties finaliseront (ou régleront les derniers détails du) le dossier lors de la prochaine réunion.

- Le projet devra être finalisé (ou parachevé) avant le début de l’automne.

 

Le nom finalisation qui en est dérivé est aussi usuel; il désigne l’action de finaliser quelque chose. Pour les mêmes raisons, on peut lui substituer des mots comme mise au point, conclusion ou achèvement, selon le contexte.

 

Exemples :

 

- La finalisation (la mise au point ou la conclusion) de l’entente est attendue impatiemment.

- Un accord est en cours de finalisation (ou en voie d’être conclu).

- L’accord des autorités est nécessaire pour la finalisation (ou l’achèvement) des travaux d’aménagement.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles