Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La typographie
Majuscules > Emploi de la majuscule pour des types de dénominations



Toponymes administratifs

 

Les noms de lieux (toponymes) désignant une entité politique (pays, province, État) ou une entité administrative (village, ville, municipalité, MRC, région, etc.) prennent une majuscule.

 

Exemples :

 

- le Canada

- le Québec

- la Gaspésie

- Lévis

- Régina

 

S’ils sont français ou francisés, les toponymes administratifs composés prennent généralement une majuscule à chacun de leurs noms et adjectifs, et s’écrivent avec un trait d’union. Les articles et les prépositions qui entrent dans le toponyme s’écrivent en minuscules.

 

- les États-Unis

- la Virginie-Occidentale

- la Nouvelle-Écosse

- l’Île-du-Prince-Édouard

- Salaberry-de-Valleyfield

- Saint-Léon-le-Grand

- Sept-Îles

- New York (absence de trait d’union : forme non francisée)

- l’Arabie saoudite (absence de trait d’union, une seule majuscule : forme officielle reconnue par l’Organisation des Nations unies)

- la Côte d’Ivoire (absence de trait d’union : forme officielle reconnue par l’Organisation des Nations Unies)

 

 

Si le nom commence par l’article défini (la, le ou les), on met aussi la majuscule à l’article puisqu’il fait partie du nom. Aucun trait d’union n’unit l’article au nom.

 

Exemples :

 

- La Tuque

- Les Éboulements

- Le Havre

- Le Caire

- Les Becquets

- Les Coteaux

- Le Gardeur

 

Par contre, les articles le et les de ces noms se contractent après les prépositions de et à, et ils perdent alors leur majuscule.

 

Exemples :

 

- Il revient des Éboulements.

- Elle est originaire du Havre.

- Il travaille au Caire.

- Elle ne retourne jamais aux Becquets.

- Le maire des Coteaux a inauguré le monument.

 

Dans les rares cas où le nom de lieu provient d’un nom de personne, il n’y a pas de contraction de l’article.

 

Exemples :

 

- Elle a déménagé à Le Gardeur. (Le Gardeur est, à l’origine, un nom de personne.)

- Il revient de Le Gardeur.

 

 

Si l’on fait précéder les toponymes administratifs d’un élément générique qui précise leur nature, on met la minuscule à cet élément.

 

Exemples :

 

- la municipalité des Éboulements

- le village de Saint-Alexis

- la région du Bas-Saint-Laurent

- la province du Manitoba

 

Enfin, précisons que certains toponymes sont surcomposés, c’est-à-dire formés de deux toponymes dont l’un est composé et contient un ou des traits d’union. Dans ce cas, les deux toponymes sont liés par un tiret (qui est plutôt assimilé ici à un grand trait d’union), sans espacement ni avant ni après ce tiret.

 

Exemples :

 

- Denise visitera la région du SaguenayLac-Saint-Jean.

- La GaspésieÎles-de-la-Madeleine est composée de cinq municipalités régionales de comté.

 

 

Pour en savoir davantage, vous pouvez consulter les articles Toponymes géographiques, Toponymes administratifs et toponymes géographiques et Pluriel des noms propres de lieux. Vous pouvez également consulter l’article Ville, qui traite notamment de l’utilisation de la majuscule initiale dans les mots ville et municipalité.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : janvier 2018

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles