Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La grammaire
Les homophones grammaticaux



C'est et s'est

 

C'est et s'est sont des homophones grammaticaux : ils se prononcent de la même façon mais ont des fonctions et des sens différents. Il importe donc de ne pas les confondre.

 

C'est est formé du pronom démonstratif ce et de la troisième personne du singulier du verbe être au présent de l'indicatif. On peut habituellement remplacer c'est par cela est.

 

Exemples :

 

- Ce dessert, c'est un vrai régal.

- C'est le meilleur joueur de son équipe.

- En vérité, c'est le meilleur roman que j'ai lu.

 

 

S'est est composé du pronom personnel réfléchi se et de la même forme conjuguée du verbe être qu'on trouve dans c'est. La forme s'est fait toujours partie d'un verbe conjugué à la voix pronominale (pronom complément + être + participe passé); c'est pourquoi s'est est toujours précédé d'un sujet, qui peut être un nom ou un pronom, et suivi d'un participe passé. Si on change le sujet qui précède s'est pour je, s'est devient me suis; c'est une bonne façon de le distinguer de c'est.

 

Exemples :

 

- Il s'est blessé en jouant au soccer. (je me suis blessé)

- Maude s'est rappelé qu'elle devait aller chez le dentiste. (je me suis rappelé)

- Carl s'est engagé à rédiger un rapport. (je me suis engagé)



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles