Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Le vocabulaire
Impropriétés



Solution de continuité

 

La locution solution de continuité signifie « rupture, interruption qui se présente dans la continuité de quelque chose de concret ou d’abstrait ». Elle désigne donc un point de rupture, une séparation.

 

Exemples :

 

- En construction métallique, le terme joint désigne toute liaison établie dans une structure qui présente une solution de continuité.

- Toute solution de continuité dans le processus entraîne l’inconfort du malade.

- Le traitement doit être appliqué sans solution de continuité pendant quinze jours.

- Dans chaque acte de la pièce, les événements se déroulent sans solution de continuité.

 

 

La locution solution de continuité est attestée depuis 1314. Elle appartenait alors au vocabulaire de la chirurgie et désignait les plaies et les fractures. Par analogie, elle s’est par la suite dite de choses concrètes, puis abstraites, respectivement aux XVIe et XVIIe siècles, pour signifier « séparation ».

 

L’utilisation de cette locution dans le sens de « manière d’assurer la continuité » est à l’origine de contresens fâcheux. Pour comprendre l’origine de cette erreur, il faut se reporter au sens du mot solution. Il faut se rappeler que même si ce nom correspond souvent au verbe résoudre (comme dans la solution d'un problème ou d'une énigme), il peut aussi correspondre au verbe dissoudre (comme dans une substance en solution ou une solution liquide). Solution a été emprunté au latin classique solutio, qui signifiait notamment « explication », mais aussi « dissolution, désagrégation ». Le verbe latin solvere, quant à lui, signifiait « détacher, délier », sens qui a donné naissance aux extensions « résoudre (dénouer, en parlant d’une difficulté) » et « désagréger, dissoudre ». Par ailleurs, au XVIe siècle, on utilisait aussi la locution solution de mariage, qui signifiait « divorce ».

 

Exemples fautifs :

 

- Toutes les entreprises doivent mettre en place une solution de continuité afin de pouvoir assurer des services si une panne des systèmes informatiques survenait. (Il faudrait plutôt dire : des mesures palliatives.)

- Les professeurs cherchent à établir une solution de continuité de l’apprentissage qui amènerait les parents à participer plus activement à la vie scolaire de leur enfant. (Il faudrait plutôt dire : un moyen d'assurer la continuité.)

- Le gouvernement proposera une solution de continuité assurant un passage facile de l’enseignement primaire à l’enseignement secondaire. (Il faudrait plutôt dire : une solution.)

- Le corpus théorique qui permettrait d'établir une solution de continuité entre l’univers hypothétique de l’au-delà et le nôtre reste à construire. (Il faudrait plutôt dire : un lien.)

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles