Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Le vocabulaire
Pléonasmes



Preuve probante

 

L’enchaînement preuve probante que l’on trouve dans les exemples suivants est souvent considéré comme pléonastique.

 

Exemples fautifs :

 

- Leur absence à la réunion est une preuve probante de leur désintéressement à l'égard du projet.

- L’avocat de la défense a présenté une preuve probante qui attestait l’innocence de son client.

- L’inspecteur avait accumulé assez de preuves probantes pour demander un mandat de perquisition.

 

 

En effet, l’adjectif probant vient du latin probans qui correspond au participe présent de probare, « prouver ». En français, l’adjectif probant se dit de ce qui prouve sérieusement, de ce qui est convaincant, et le nom preuve, qui vient aussi du latin probare, désigne ce qui prouve, démontre ou établit la vérité de quelque chose. Il y a donc redondance puisque chacun des deux mots évoque l’idée de prouver, d’établir de manière irréfutable la vérité ou la réalité de quelque chose.

 

On écrirait plus correctement :

 

- Leur absence à la réunion est une preuve de leur désintéressement à l'égard du projet.

- L’avocat de la défense a présenté un élément probant qui attestait l’innocence de son client.

- L’inspecteur avait accumulé assez de preuves pour demander un mandat de perquisition.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles