Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Le vocabulaire
Barbarismes lexicaux



Dilemne

 

On utilise parfois à tort dilemne au lieu de dilemme. En effet, la forme dilemne n’existe pas et constitue un barbarisme.

 

Le nom dilemme vient du grec dilemma, de dis- « deux » et lêmma « argument », soit « argument à deux fins ». En français, le nom dilemme désigne une alternative contenant deux propositions contraires ou contradictoires, comportant toutes deux des inconvénients, et entre lesquelles on doit choisir.

 

Exemples :

 

- Il était devant un terrible dilemme : s’il parlait, il trahissait ses amis et s’il se taisait, il se rendait complice d’un crime. (et non : dilemne)

- Elle fait face à un cruel dilemme. (et non : dilemne)

 

On se gardera donc de remplacer, à l’écrit comme à l’oral, le deuxième m par un n, peut-être par analogie avec le mot indemne. Notons par ailleurs que cette faute, très fréquente, se trouve même chez de grands auteurs du XIXe siècle.

 

Un truc simple consiste à se rappeler que dilemme se termine par le son [m] comme problème, deux noms qui sont d’ailleurs liés par leur sens.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles