Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Le vocabulaire
Barbarismes lexicaux



Tête d'oreiller

 

On utilise parfois à tort tête d’oreiller pour taie d’oreiller. En effet, l’expression tête d’oreiller ne figure pas dans les ouvrages de référence et constitue un barbarisme.

 

Le mot taie vient du latin thēca, du grec thêkê « étui, fourreau; boîte ». En français, le mot taie désigne couramment une enveloppe de tissu dans laquelle on glisse un oreiller ou un traversin.

 

Exemples :

 

- J’achèterai des taies d’oreiller brodées assorties aux draps. (et non : des têtes d’oreiller)

- L’infirmière a dû changer la taie d’oreiller de ce patient fiévreux. (et non : la tête d’oreiller)

 

L’emploi fautif de l’expression tête d’oreiller pour taie d’oreiller est fréquent dans la langue familière, et ce, autant au Québec qu’en Belgique. Il s’explique sans doute par la proximité des deux prononciations [tEt] (têt) et [tE] (tè). On peut également penser que le fait que l’oreiller supporte la tête du dormeur et se place à la tête du lit a favorisé la création de tête d’oreiller.

 

Notons par ailleurs que l’expression tête de lit est quant à elle tout à fait correcte; elle désigne la partie qui se trouve à l’extrémité du lit où l’on pose la tête. Dans cette expression, le mot tête a le sens de « partie antérieure d’une chose ».



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles