Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Le vocabulaire
Barbarismes lexicaux



Aréoport

 

On utilise parfois à tort le mot aréoport plutôt que aéroport. En effet, la forme aréoport n’existe pas et constitue un barbarisme.

 

Le nom aéroport a été formé à partir du préfixe aéro-, qui vient du grec aêr ou du latin aer « air », et du mot port. En français, aéroport désigne le lieu aménagé pour le départ, l’arrivée et les escales des lignes aériennes, comprenant notamment l’aérogare, la tour de contrôle, les pistes et les hangars.

 

Exemples :

 

- Je dois aller chercher mes grands-parents à l’aéroport de Québec. (et non : aréoport)

- L’avion survole actuellement l’aéroport de Vancouver. (et non : aréoport)

 

À l’oral, l’emploi fautif du mot aréoport pour aéroport s’explique entre autres par le fait que la suite de voyelles a-é suivie du r exige un certain effort de prononciation; on a donc modifié cet ordre pour faciliter la prononciation de cet enchaînement. En linguistique, le phénomène qui consiste à placer deux sons contigus dans un ordre plus commode s’appelle interversion.

 

On évitera les erreurs d’orthographe et de prononciation en se rappelant que le mot aéroport est formé à partir du préfixe aéro-, qui signifie « air » et qui entre dans la composition de nombreux mots en rapport avec l’air, l’atmosphère ou l’aviation (par exemple aérer, aérobie et aérien). Un truc simple consiste à se rappeler que les trois premières lettres du mot aéroport rappellent celles du mot air

 

Enfin, notons que le mot aéroport est masculin.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles