Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Le vocabulaire
Barbarismes lexicaux



Infractus

 

On utilise parfois à tort le mot infractus pour infarctus. En effet, le mot infractus n’existe pas et constitue un barbarisme.

 

Le mot infarctus vient du latin infarctus qui correspond au participe passé de infercire « farcir, remplir », lui-même composé de in « dans » et farcire « farcir; garnir, emplir, bourrer ». En français, le mot infarctus désigne dans la langue courante une nécrose (ou lésion) du cœur provoquée par un spasme prolongé ou par l’obstruction de l’artère qui assure son irrigation.

 

Exemples :

 

- Depuis son infarctus, mon oncle mange mieux et fait plus de sport. (et non : infractus)

- Ce patient a survécu à un infarctus du myocarde. (et non : infractus)

 

On prendra donc soin d’éviter l’erreur fréquente consistant à inverser, à l’oral comme à l’écrit, le a et le r : on dit et on écrit infarctus et non infractus. En linguistique, le phénomène qui consiste à inverser deux sons contigus pour en faciliter la prononciation s’appelle une interversion.

 

L’emploi fautif d’infractus est peut-être causé par une analogie avec le mot fracture, certains croyant à tort qu’un infarctus est une fracture, une brisure du cœur. Un truc simple consiste à se rappeler la parenté étymologique du mot infarctus avec farci pour retenir qu’il faut dire et écrire infarctus et non infractus. D’ailleurs, on utilise le terme infarci pour qualifier un organe ayant été le siège d’un infarctus.

 

Notons par ailleurs que la suite de consonnes r-c-t que l’on trouve dans le mot infarctus et aussi dans les mots arctique et antarctique pose une difficulté d’articulation; il n’est pas rare que l’on élimine le c et que ces mots soient prononcés à tort infartus, artique et antartique.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles