Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Le vocabulaire
Nuances sémantiques



Copie et exemplaire

 

On utilise parfois à tort les mots copie et exemplaire. En effet, ces deux mots prêtent à confusion puisqu’ils désignent tous deux un objet reproduit.

 

 

Le mot copie vient du latin copia « abondance ». En français, ce mot désigne, dans la langue générale, une reproduction exacte d’un écrit, d’un texte, d’une bande magnétique ou d’une œuvre d’art. Dans le domaine du cinéma, une copie est un film positif destiné à la projection et dans le domaine de l’imprimerie, c’est un manuscrit destiné à la composition.

 

Exemples :

 

- Le notaire nous a remis une copie de l’acte de vente de la maison.

- Par précaution, je conserve toujours une copie de mes textes sur une clé USB.

- Pierre a chez lui une copie des Demoiselles d’Avignon, de Picasso.

- Les cinémas de Québec recevront sous peu les copies du nouveau film de Spielberg.

- L’imprimeur a reçu la copie de l’auteur; il pourra procéder à la composition de l’ouvrage dès aujourd’hui.

 

 

Le mot exemplaire vient du latin exemplarium « copie exemplaire; original, type ». En français, ce mot désigne chacun des objets, généralement des documents ou des ouvrages imprimés, reproduits en série (livres, médailles, gravures, photographies, etc.).

 

Exemples :

 

- Il faut signer les trois exemplaires de ce formulaire.

- Le premier album de cette chanteuse s’est vendu à plus d’un million d’exemplaires.

- Ce journal local est tiré à 50 000 exemplaires.

- Vincent a photocopié son rapport en cinq exemplaires.

- J’ai prêté mon exemplaire des Chambres de bois, d’Anne Hébert, à une amie.

 

 

En résumé, on appelle copie la reproduction fidèle d’un original et on appelle exemplaire chacun des objets reproduits en série. Ces deux mots ne sont donc pas interchangeables : le mot copie s’emploie pour désigner le double d’un contrat, d’une lettre, d’un document, d’un acte notarié, etc., et le mot exemplaire s’emploie pour tout ce qui est publié (livre, journal, revue, disque, cassette, logiciel, etc.).

 

Exemple :

 

- Fier de sa réussite, ce jeune auteur a fait une copie de l’article de revue où un journaliste mentionnait que son roman s’était vendu à plus de 100 000 exemplaires.

 

 

On notera que l’emploi du mot copie au sens d’« exemplaire d’une revue, d’un journal, d’un livre, d’un disque » constitue un anglicisme.

 

Exemple :

 

- Ce matin, je n’ai pas reçu mon exemplaire du journal. (et non : ma copie du journal)



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles