Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Le vocabulaire
Paronymes



Prescrire et proscrire

 

Même si leur prononciation est proche et qu’ils sont apparentés par l’étymologie, les verbes prescrire et proscrire ont des significations différentes.

 

Prescrire signifie « ordonner formellement, indiquer précisément ce qui est exigé ». En médecine, il signifie également « recommander, conseiller un traitement de façon formelle ». Lorsque le sujet est inanimé, il peut aussi avoir le sens figuré de « dicter, exiger ».

 

Exemples :

 

- Simon a prescrit à son fils de porter un casque lorsqu’il fait de la bicyclette.

- Le médecin lui a prescrit un antibiotique.

- La bienséance prescrit de taire certaines vérités.

 

 

Proscrire signifie pour sa part « exclure ou bannir d’un groupe » lorsqu'on parle de personnes et, par extension, « rejeter, éliminer » lorsqu'on parle de choses. Il a aussi le sens de « interdire, prohiber ».

 

Exemples :

 

- En France, il fut une époque où les prêtres étaient proscrits.

- Marie a proscrit les produits carnés de son alimentation.

- Le port de la casquette est proscrit dans cette école.

 

 

Prescrire et proscrire sont tous deux issus de dérivés du latin scribere, qui signifiait « écrire ». Prescrire vient du latin praescribere, qui signifiait notamment « écrire en tête, mettre en avant ». Proscrire est quant à lui issu de proscribere, verbe latin signifiant entre autres « inscrire quelqu’un sur les listes de condamnation », d’où les sens vieillis de proscrire, soit « condamner à mort » et « condamner au bannissement ».

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles