Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Le vocabulaire
Paronymes



Apurer et épurer

 

Bien que les verbes apurer et épurer aient une certaine parenté sémantique, leurs significations diffèrent.

 

Apurer est un terme qui ne s’utilise que dans le domaine de la comptabilité. Il signifie « s’assurer qu’un compte est en règle après vérification des pièces justificatives ».

 

Exemples :

 

- Cette commission spéciale a le mandat d’apurer les comptes.

- J’ai demandé à ce comptable d’apurer les comptes de notre entreprise familiale.

 

 

Le verbe épurer signifie pour sa part « purifier en supprimant les éléments étrangers ». Au figuré, il peut aussi avoir le sens de « devenir plus pur, meilleur » ou « rendre plus correct, plus raffiné ». Enfin, il peut signifier « exclure certains éléments indésirables d’un groupe ou d’une société ».

 

Exemples :

 

- Êtes-vous bien certain que cette eau a été épurée?

- Cet auteur a épuré son style à la demande de son éditeur.

- Cet automne, les lignes des vêtements s’épurent et l’accent est mis sur la sobriété.

- Le conseil d’administration de cette société a été épuré.

 

 

Alors que le préfixe a- dans apurer marque le but, le préfixe é- dans épurer exprime une idée d’achèvement. Les significations voisines de ces préfixes expliquent pourquoi, à l’origine, ces deux verbes étaient beaucoup plus proches par le sens. C’est ainsi qu’au XIIe siècle, apurer et épurer avaient le sens de « purifier », le premier avec une valeur concrète et le second avec une valeur abstraite.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : décembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles