Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Le vocabulaire
Nuances sémantiques



Savoir et connaître

 

On confond parfois les verbes savoir et connaître. En effet, ces deux verbes prêtent à confusion puisqu’ils présentent un sens commun qui est celui d’« avoir la connaissance de quelque chose ».

 

 

Le verbe savoir signifie « être instruit dans quelque chose, posséder un métier, être capable d’une activité dont on a acquis la pratique », « avoir le pouvoir, le talent, le moyen de », « avoir quelque chose dans la mémoire, de manière à pouvoir le répéter » et « être informé de quelque chose ».

 

Exemples :

 

- Mon oncle Benoît sait créer de magnifiques meubles. 

- Un bon athlète sait faire plusieurs mètres sous l’eau sans reprendre son souffle.

- Marie sait se défendre; on n’a pas à s’inquiéter pour elle!

- Cet élève sait sa table de multiplication par cœur.

- Les journalistes savent depuis quelques jours la date des prochaines élections.

 

Le verbe connaître signifie « être renseigné sur l’existence et la valeur de quelque chose », « avoir acquis des connaissances et de la pratique dans un domaine particulier », « faire l’expérience de; ressentir », et en parlant de quelque chose « être ou faire l’objet de; avoir ».

 

Exemples :

 

- Mes élèves connaissent l’importance de maîtriser la langue française.   

- Cet électricien connaît bien son métier.

- Déjà, à quatre ans, son fils connaissait tout l’alphabet.

- Cette pièce connaît un succès sans précédent.

- Issu d’un milieu aisé, il n’a jamais connu la misère.

 

L’opposition entre savoir et connaître est souvent ténue. Dans certains contextes, les deux verbes peuvent d’ailleurs convenir. La distinction tient parfois moins au sens des mots qu’à certains emplois. Ainsi, on observe que le verbe savoir a comme complément une chose, sauf dans certains emplois littéraires comme Je sais un pays, un peuple qui… Le verbe connaître quant à lui peut avoir comme complément des personnes et des choses, concrètes ou abstraites. Bref, on connaît quelqu’un ou quelque chose, on sait quelque chose.

 

Sur le plan sémantique, connaître, c’est avoir la connaissance de l’existence d’une chose, c’est l’identifier, la tenir pour réelle, tandis que savoir, c’est avoir une connaissance approfondie d’une chose qui résulte d’un apprentissage, c’est avoir dans l’esprit un ensemble d’idées et d’images constituant des connaissances à propos de cet objet de pensée. Généralement, savoir implique une connaissance plus approfondie et plus rationnelle que connaître.

 

Exemples :

 

- Ces enfants connaissent la fable La cigale et la fourmi.

(Ils en connaissent l’existence, peuvent en indiquer le propos, en faire un résumé.)

 

- Ces enfants savent la fable La cigale et la fourmi.

(Ils la connaissent dans ses moindres détails et peuvent la réciter.)

 

- Connais-tu le tableau des éléments chimiques?

(Sais-tu qu’un tel tableau existe?)

 

- Tout chimiste doit savoir le tableau des éléments sur le bout des doigts.

(Tout chimiste doit connaître le contenu complet de ce tableau.)



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles