Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Les anglicismes
Anglicismes syntaxiques



Deuxième meilleur

 

En français, l’emploi du superlatif implique que seul le premier d’un ensemble d’objets ou de personnes peut être le meilleur ou le plus important, ou évidemment, à l’inverse, le pire ou le moins… Ainsi, on dit d’une athlète qu’elle est la meilleure de sa catégorie. On comprend dès lors qu’il n’est pas logique de faire précéder le superlatif d’un ordinal (le deuxième, troisième meilleur). Toutefois, sous l’influence de l’anglais, on trouve souvent, surtout dans la langue journalistique et notamment dans le vocabulaire sportif, ce type de formation : le deuxième, le troisième meilleur sur le modèle de l’anglais the second, the third best (player, scorer, etc.).

 

Exemples fautifs :

 

- Ce joueur est le deuxième meilleur marqueur de la saison.

- Il a été classé troisième meilleur joueur de sa catégorie.

- L’athlète a réalisé le deuxième meilleur temps de la compétition.

 

On écrira plutôt :

 

- Ce joueur est au second rang des marqueurs de la saison.

- Il a été classé troisième joueur de sa catégorie.

- L’athlète a réalisé le deuxième temps de la compétition.

 

 

De même, il ne peut exister en français de troisième plus grand pays, par exemple. Le superlatif ne s’applique qu’à un seul des éléments d’une liste. Les autres se classent deuxième, troisième, etc., en importance, en superficie, ou pour le nombre d’habitants, leur richesse, etc., selon le cas. Bien que ces emplois soient répandus dans toute la francophonie, ils n’en demeurent pas moins critiqués.

 

Exemples fautifs :

 

- Cette ville est la troisième plus grande ville de ce continent.

- C'est le deuxième plus gros producteur de blé dans le monde.

- C'est le troisième pays le plus peuplé d’Europe.

- L’héritier est aujourd’hui la dixième plus grande fortune du pays.

- Elle est la deuxième ville la plus visitée.

 

On dira plutôt :

 

- Cette ville est la troisième ville en importance de ce continent. (ou la troisième en importance de ce continent)

- C'est le deuxième producteur de blé dans le monde.

- C'est le troisième pays d'Europe en nombre d'habitants (ou pour la population).

- L’héritier est aujourd’hui la dixième fortune du pays.

- Elle se classe deuxième parmi les villes les plus visitées.

 

 

Enfin, on peut dire les villes les plus touchées par le chômage, puisqu’il peut y avoir un ensemble de villes plus touchées que les autres par ce fléau, mais lorsqu’il n’est question que d’une ville, le singulier exige qu’il s’agisse de la première : la ville la plus touchée (on ne peut admettre la deuxième ville la plus touchée). De la même façon, on peut dire la ville la plus riche, mais pas la deuxième ville la plus riche, on dira plutôt la ville (qui vient) au deuxième rang des villes les plus riches.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : décembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles