Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Le vocabulaire
Nuances sémantiques



Dilemme et alternative

 

On utilise parfois à tort les mots dilemme et alternative. En effet, ces deux mots prêtent à confusion puisqu’ils comportent un sens commun qui est « choix entre deux possibilités ».

 

 

Le mot dilemme (et non pas dilemne) signifie « alternative contenant deux propositions contraires ou contradictoires entre lesquelles on doit choisir ».

 

Exemples :

 

- Il était devant un terrible dilemme : s’il parlait, il trahissait ses amis et s’il se taisait, il se rendait complice d’un crime.

- Devait-elle relever ce défi et alors s’éloigner de ses enfants, ou bien refuser la proposition et voir sa carrière entravée? Pénible dilemme.

 

 

Le mot alternative signifie « choix entre deux possibilités ou éventualités souvent opposées ».

 

Exemples :

 

- Il était devant l’alternative suivante : demeurer un simple employé ou démarrer sa propre entreprise.

- Une seule alternative s’imposait maintenant à elle : partir ou rester.

 

 

Une alternative est la possibilité qui s’offre à nous de choisir entre deux options qui mènent à des aboutissements différents. Le dilemme, quant à lui, nous met en position de devoir choisir entre deux propositions contraires ou contradictoires, comportant l’une et l’autre des inconvénients. On distingue ainsi les deux termes par le fait qu’une alternative entraîne un résultat qui peut être heureux ou malheureux, tandis qu’un dilemme conduit à un résultat toujours regrettable.

 

Il faut cependant préciser que les ouvrages de référence ne s’entendent pas toujours sur ces distinctions et que l’usage tend de plus en plus à présenter alternative et dilemme comme des synonymes. Considérons tout de même qu’on est dans une alternative tant qu’on n’a pas fini de peser le pour et le contre et qu’on est dans un dilemme lorsque, tout bien pesé, on voit que les deux possibilités aboutissent à un même résultat et que le choix ne pourra qu’être difficile. En résumé, l’alternative, c’est le choix; le dilemme, c’est l’impasse.

 

Exemples :

 

- L’alternative est la suivante : soit que vous payiez en un seul versement et obteniez un rabais de 200 $, soit que vous payiez en trois versements sans intérêt.

- Dois-je lui dire la vérité et le peiner dès maintenant, ou dois-je me taire et risquer de perdre sa confiance plus tard? C’est un cruel dilemme.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles