Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La syntaxe
Les prépositions > Préposition après un verbe



Obliger

 

Le verbe obliger, avec le sens de « contraindre », se construit avec la préposition à lorsqu’il est suivi d’un verbe à l’infinitif. On rencontre parfois la construction avec de dans la langue très soignée mais elle est jugée vieillie.

 

Exemples :

 

- Mon travail m’oblige à me lever tôt.

- La situation économique a obligé son frère à accepter un emploi qu’il déteste.

 

 

Dans les constructions passives, c’est la préposition à qui convient lorsque le complément d’agent est explicite; on sent alors clairement l’action exprimée par le verbe. Par contre, lorsque la valeur du participe passé obligé est celle d’un adjectif, c’est-à-dire que l’accent est mis sur le résultat de l’action, et il n’y a alors pas de complément d’agent, c’est la préposition de que l’on utilise.

 

Exemples :

 

- Il fut obligé par le juge à se taire.

- Elles furent obligées, par leurs parents, à rentrer à la maison.

- Marie est obligée de travailler tard le soir.

- Ils furent obligés d’abdiquer et de s’avouer vaincus.

 

 

Dans les mêmes emplois, les verbes forcer et contraindre, qui ont des sens voisins, se construisent avec les mêmes prépositions.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles