Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La grammaire
L'adjectif > Cas particuliers d'accord de l'adjectif



Pire

 

L’adjectif pire, qui s’oppose à meilleur, signifie en général « plus mauvais, plus pénible, plus terrible ». Il peut être employé comme comparatif ou comme superlatif.

 

Exemples :

 

- Son dernier roman est pire que son précédent. (comparatif)

- La situation semble pire que ce qu’ils avaient prévu. (comparatif)

- La violence est la pire des solutions. (superlatif)

- Il ne ferait pas de mal à personne, même à son pire ennemi. (superlatif)

 

Même si pire est l'adjectif comparatif de mauvais, pire et plus mauvais ne peuvent pas toujours être employés indifféremment pour autant. Ainsi, seul l'adjectif pire est possible avec les noms qui évoquent une idée de mal (détresse, douleur, erreur, mal, malheur, souffrance, etc.) et dans les proverbes et locutions figées où il figure.

 

Exemples :

 

- Il a vécu les pires malchances imaginables lors de son périple en Asie. (et non les plus mauvaises malchances)

- Il n'est pire eau que l'eau qui dort. (et non plus mauvaise eau)

 

 

Pire peut également être un nom qui a une valeur de superlatif, et dont la signification est « ce qu'il y a de plus mauvais en quelque chose » ou « la chose la plus mauvaise ». Il est à noter qu'après le superlatif, nom ou adjectif, le verbe d'une subordonnée introduite par que se met au subjonctif.

 

Exemples :

 

- De nos jours, les gens oublient souvent qu'ils se marient pour le meilleur et pour le pire.

- Elle est tellement négative qu'elle s'attend toujours au pire.

Le pire que j'aie dit sur elle ne s'est jamais rendu à ses oreilles.

 

 

Comme il comporte en lui-même une valeur de comparatif (plus mauvais) ou de superlatif (le plus mauvais), pire n'admet pas de variation de degré. Il ne peut donc pas être précédé des mots de comparaison plus, moins ou aussi. On ne saurait donc écrire moins pire, qui correspondrait à moins plus mauvais, ni aussi pire, qui correspondrait à aussi plus mauvais, ni plus pire, considéré comme un pléonasme. Ces expressions peuvent toutefois appartenir au registre familier ou plaisant. On doit également éviter d'employer la formulation tant pire à la place de la locution consacrée tant pis, dans laquelle pis est employé comme adverbe.

 

Exemples :

 

- Le scénario le plus tragique (ou le plus sombre) ne nous laissait pas prévoir les conséquences que le sida aurait sur la planète. (et non le plus pire)

- Ce film était aussi mauvais (ou aussi ennuyant) que celui que j’ai vu la semaine dernière. (et non aussi pire)

- Les situations qu’une guerre devrait régler sont souvent moins terribles (ou moins épouvantables) que la guerre elle-même. (et non moins pires)

Le plus dramatique (ou le plus terrible) dans tout ça, c'est qu'il m'ait menti pendant toutes ces années. (et non le plus pire)

 

Pire peut toutefois être renforcé par les adverbes bien et encore, ou par x fois.

 

Exemples :

 

- Les conséquences de tes actes auraient pu être bien pires.

- La douleur est cent fois pire que je ne l'avais imaginé.

 

 

Pour en savoir davantage sur le mot pis, parfois en concurrence avec pire, vous pouvez consulter l'article Pis.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles