Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Le vocabulaire
Paronymes



Agréer et agréger

 

La prononciation voisine des verbes agréer et agréger de même que les notions voisines auxquelles ils se réfèrent peuvent prêter à confusion.

 

 

Agréer, dérivé du mot gré, issu du latin gratus « accueilli avec faveur, bienvenu », signifie « recevoir ou accueillir favorablement, accepter ». Il s’emploie en ce sens pour désigner l’action d’admettre une personne ou une chose en lui donnant une autorisation officielle nommée agrément. Employé sans complément, de façon littéraire, le verbe a aussi la signification de « plaire, convenir ». Dans la même famille, on trouve notamment les mots agréable, désagrément, malgré et maugréer.

 

Exemples :

 

- Je vous prie d’agréer, Madame, mes salutations distinguées.

- La traductrice que nous avons engagée est membre de l’Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec.

- Le comité a-t-il agréé notre projet?

- Si l’aventure vous agrée, joignez-vous à notre équipe!

 

 

Agréger, emprunté au latin aggregare « ressembler », signifie « rassembler des éléments distincts en un tout ». Il a aussi le sens d’« adjoindre ou associer quelqu’un à un groupe constitué ». Cette association peut aussi être conditionnelle à une reconnaissance officielle qui fait suite à un concours nommé agrégation. Notons que ce verbe peut prendre la forme pronominale dans l’un ou l’autre de ces sens. Dans la même famille que agréger, on trouve notamment les termes agrégat, agrégation, désagréger et désagrégation.

 

Exemples :

 

- Certains logiciels filtrent, agrègent et synthétisent les données collectées à partir d’un réseau.

- Des globules rouges déformés qui s’agrègent dans les capillaires sont souvent à l’origine des maladies cardiovasculaires.

- Nous avons tous été agrégés à cette compagnie afin de servir le mieux possible la clientèle.

- C'est aujourd'hui en lui jurant fidélité que les immigrés de toutes origines s'agrègent à la nation américaine.

- Un professeur qui n'est pas agrégé a-t-il la même sécurité d’emploi?

 

 

Agréer et agréger sont tout particulièrement proches par le sens lorsqu’ils désignent l’action d’admettre quelqu’un par voie d’agrément ou d’agrégation, ces derniers termes signifiant respectivement dans ce contexte « admission, agréée par une autorité, de quelqu’un dans un groupe » et « nomination sur concours au titre d’agrégé ». Ici, la correspondance entre l’admission dont il est question et le fait d’être agréé ou agrégé est essentiellement affaire de terminologie propre au domaine concerné et à l’usage consacré en celui-ci. La reconnaissance officielle associée à ce processus peut en effet être vue sous l’aspect de l’acceptation de quelqu’un dans un groupe (agréer, agrément) ou de l’adhésion de quelqu’un à une collectivité considérée comme un tout (agréger, agrégation). Ces notions intéressent notamment les modalités d’exercice d’une profession. Ainsi, en France, la norme d'excellence en matière d’enseignement est l'agrégation. Au Québec, l’agrégation est moins courante et touche surtout le corps professoral universitaire, alors que nombre de professionnels sont mieux reconnus lorsqu’ils ont reçu un agrément.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles