Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Le vocabulaire
Altérations d'expressions figées



Rebattre les oreilles

 

Le verbe rebattre est d’un emploi plutôt rare et signifie « battre de nouveau ». Au sens propre, il est surtout usité comme terme de jeu dans rebattre les cartes, « les mêler de nouveau ». Au sens figuré, on le trouve dans l’expression rebattre les oreilles, qui signifie « lasser par des propos répétés ». L’idée d’une répétition atteignant violemment la sensibilité de l’ouïe d’une personne est évoquée dans cette formulation.

 

Son histoire débute au XVe siècle, période où l’on atteste l’expression battre les oreilles au sens de « fatiguer, assourdir ». Celle-ci a donné au verbe rebattre, qui illustrait de façon encore plus évidente la notion de coups répétés déjà comprise dans la signification de battre, le sens figuré de « répéter inlassablement », courant au XVIe siècle et toujours vivant aujourd’hui dans l’adjectif rebattu; cet adjectif se dit en effet d’un sujet, d’un thème, etc., dont on a trop entendu parler. L’expression rebattre les oreilles, issue de cette évolution de sens, a ainsi peu à peu remplacé sa concurrente battre les oreilles. Notons que l’on rebat les oreilles à quelqu’un de quelque chose. On dit aussi, dans le même ordre d’idées, avoir les oreilles rebattues (de quelque chose).

 

Exemples :

 

- Elle ne cesse de me rebattre les oreilles de ses histoires de cœur.

- Il lui a tellement rebattu les oreilles de reproches qu’elle a décidé de le quitter.

- J’ai les oreilles rebattues de ses gentils conseils!

 

 

Peut-être parce que le verbe rebattre n’est pas utilisé couramment, on dit souvent à tort rabattre les oreilles au lieu de rebattre les oreilles. Or, le verbe rabattre signifie notamment « ramener vivement à une position plus basse, faire descendre », au propre comme au figuré. Les expressions imagées formées à partir de celui-ci évoquent donc plutôt l’idée de « rabaisser, ramener à un degré moindre, en empruntant un ton vif », que l’on trouve dans rabattre l’orgueil, la fierté, les prétentions, l’amour-propre, etc., de quelqu’un et rabattre le caquet à quelqu’un.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles