Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Le vocabulaire
Impropriétés



Gens

 

Le mot gens signifie « personnes en nombre indéterminé » ou « humains en général ».

 

Exemples :

 

- De braves gens nous ont accueillis à l’auberge.

- Durant notre voyage, nous avons rencontré des gens bien sympathiques.

- Les gens trouvent cela bien ridicule.

 

Comme le nombre de personnes que le mot gens sous-entend est indéterminé, on ne peut le faire précéder d’un adjectif numéral tel que dix, vingt ou cent cinquante. On peut compter les personnes mais pas les gens. On ne pourrait pas plus faire précéder gens de plusieurs, qui signifie « un certain nombre ».

 

Cependant, il est possible d’exprimer, au moyen d’adverbes ou d’expressions suivis de la préposition de, une quantité lorsqu’il est question de gens. Le nombre sera toujours indéterminé, mais un jugement viendra nécessairement y ajouter une nuance de sens. On peut en effet dire peu ou trop de gens, ce qui évoque un nombre indéterminé, mais considéré dans le premier cas comme minime et dans l’autre comme excessif. On dira aussi correctement qu’il y a beaucoup, nombre, plein, quantité, tant, tellement, une foule, une multitude de gens; on dira aussi bien des gens. Ici, l’idée d’un nombre indéterminé mais considérable est rendue. D’autres locutions, entre autres la plupart et la majorité des gens ainsi que tous les gens, précisent la valeur qu’on veut donner à un nombre indéterminé de personnes.

 

Exemples :

 

- Plusieurs personnes (et non : gens) font affaire avec cette compagnie et semblent satisfaites.

- Huit cents personnes (et non : gens) ont assisté à la conférence.

 

Jusqu’au XVIIIe siècle, on pouvait dire cent gens. Gens a déjà été en effet le pluriel de gent, qui signifiait « nation, peuple ». Ce mot est vieilli et ne s’utilise plus que plaisamment dans des formules telles que la gent féminine ou la gent trotte-menu. Il est à noter que, dans certains dictionnaires de difficultés, on indique qu’un numéral peut déterminer le terme gens lorsque ce dernier forme avec un adjectif antéposé ou un complément une locution nominale. Les expressions peu usitées en langage courant trois jeunes gens ou vingt gens de lettres seraient ainsi correctes. L’utilisation des déterminations numérales telles qu’une dizaine de ou une trentaine de devant gens fait quant à elle l’objet d’opinions divergentes chez les grammairiens.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles