Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




L'orthographe
Homophones lexicaux



Voie et voix

 

Voie et voix sont des homophones, c’est-à-dire des mots de même prononciation mais n’ayant pas le même sens.

 

Voie, du latin via, est un nom féminin qui désigne d’abord un espace à parcourir, un chemin ou un passage. Dans un sens plus abstrait, voie désigne une conduite à suivre pour arriver à une fin.

 

Exemples :

 

- Les gardes du corps du politicien ont dû lui frayer une voie dans la foule.

- Le chargement est arrivé par la voie maritime.

- Ce médicament sera éliminé par les voies urinaires.

- Le juge a décidé de suivre sa voie : la vérité.

- Il a tenté de réparer cette injustice par la voie hiérarchique.

 

Voie figure dans de nombreuses expressions : voie lactée, voie publique, voie rapide, voie ferrée, voie de garage, voie navigable, voie diplomatique, voie de fait, en voie de, par voie de conséquence, les voies du Seigneur, être dans la bonne voie, trouver la voie, etc.

 

Exemples :

 

- Lors de l’accident, la voiture quittait la voie rapide pour la voie de droite.

- On a mis cet administrateur sur la voie de garage.

- Cet enfant est dans la bonne voie depuis qu’il a décidé d’être moins turbulent.

- Cet homme a été accusé de voie de fait à la suite d’une violente agression.

 

Voie entre dans la formation de quelques mots composés : claire-voie, à contre-voie, garde-voie, entre-voie. D’autres mots sont des dérivés de voie ou sont issus de sources communes : dévoyer, dévoyé, dévoiement, fourvoyer, fourvoiement, etc.

 

 

Voix, du latin vox, est un nom féminin qui désigne d’abord l’ensemble des sons produits par les cordes vocales. On emploie ce mot aussi pour désigner les sons émis par un animal ou un objet. Voix correspond aussi à un appel intérieur. En grammaire, la voix exprime, dans le verbe, l’activité ou la passivité du sujet de la phrase : on parle de voix active et de voix passive.

 

Exemples :

 

- La voix du ténor couvrait l’orchestre.

- La subtile voix du hautbois exprimait les ardeurs des amants.

- La voix des crapauds emplissait la nuit.

- Il a toujours suivi la voix du cœur.

- Ce politicien était prêt à tout pour gagner quelques voix.

- Le professeur nous a demandé de mettre ces phrases à la voix passive.

 

Voix figure dans plusieurs expressions : de vive voix, la voix du sang, à haute voix, à mi-voix, se casser la voix, être en voix, avoir des larmes dans la voix, entendre des voix, avoir voix au chapitre, à portée de voix, forcer sa voix, donner sa voix, etc.

 

Exemples :

 

- Ce soir, la chanteuse était en voix.

- Lorsque nous avons croisé l’autre navire, les matelots étaient à portée de voix.

- J’ai préféré que nous nous expliquions de vive voix.

- Lorsque j’ai entendu son discours, j’ai décidé de lui donner ma voix.

 

Seuls quelques dérivés de voix existent : voisé, voisement, dévoisé. Les mots partageant des racines communes avec voix sont, par contre, plus nombreux : convoquer, équivoque, équivoquer, évoquer, invoquer, univoque, plurivoque, provoquer, révoquer, vocal, vocation, etc.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles