Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




L'orthographe
Homophones lexicaux



Ver, verre, vers et vert

 

Ver, verre, vers et vert sont des homophones, c’est-à-dire des mots de même prononciation mais n’ayant pas le même sens.

 

Ver est un nom masculin. Ce mot désigne un lombric terrestre, c’est-à-dire un petit animal invertébré au corps allongé, mou et sans pattes. Le mot s’applique aussi à toute petite créature, parasite, larve ou autre, ayant la même forme. On utilise aussi ce mot, dans la langue littéraire, pour désigner la vermine se nourrissant des cadavres.

 

Exemples :

 

- Il avait involontairement écrasé un ver; comme il était superstitieux, il se signa.

- En ouvrant l’armoire, on vit rapidement que les vers et les asticots y fourmillaient.

- Il agonisait : la tombe et les vers l’attendaient.

 

 

Ver figure dans plusieurs locutions: ver de terre, ver à soie, ver solitaire, se tordre comme un ver, être nu comme un ver, tirer les vers du nez à quelqu’un, n’être pas piqué des vers, le ver est dans le fruit, etc.

 

Exemples :

 

- Je suis entré à l’improviste chez Ferdinand. Quelle surprise! Il était nu comme un ver.

- Depuis qu’on sait que Claire souffre d’un ver solitaire, on comprend enfin sa maigreur spectaculaire.

- Je l’ai fait venir à mon bureau pour lui tirer les vers du nez.

- On a tenté de faciliter la négociation entre les deux parties. Rien à faire, le ver était dans le fruit.

 

 

Les dérivés de ver sont très nombreux : véreux, vermoulu, vermisseau, vermifuge, vermivore, vermiculé, ver-coquin, vermine, vermeil, vermillon, vermicelle, etc.

 

 

Verre est un nom masculin qui désigne la substance dure, cassante et transparente obtenue par la fusion de certains types de sable, et par métonymie, toute plaque faite de verre. On emploie aussi ce mot pour désigner un récipient pour boire et le contenu de celui-ci.

 

Exemples :

 

- Cette compagnie a mis au point un nouveau verre trempé très résistant.

- J’ai égaré mes verres, je ne peux plus lire.

- Après avoir bu, le vieil aristocrate lança son verre de cristal derrière lui.

- Un verre après l’autre, il devenait de plus en plus ivre.

 

 

Plusieurs mots sont dérivés de verre : verrière, verrerie, verrier, verroterie, verrine, verglas, etc. Verre est aussi employé dans plusieurs locutions : verres de contact, fibre de verre, verre de montre, verre à pied, verre à vin, porter des verres, lever son verre, se casser comme du verre, avoir un verre dans le nez, se noyer dans un verre d’eau, une tempête dans un verre d’eau, etc.

 

Exemples :

 

- Je portais des verres et je les perdais sans cesse; je me suis procuré depuis des verres de contact.

- Il était inutile de réagir à cette menace, car ce n’était qu’une tempête dans un verre d’eau.

- Normand avait un verre dans le nez lorsqu’il a insulté David.

 

 

Vers peut être une préposition ou un nom. Comme préposition, vers indique une direction. Il a parfois aussi le sens de « à peu près ». Des prépositions telles que devers ou envers sont des dérivés de vers.

 

Exemples :

 

- Les explorateurs sont partis vers le désert.

- Elle s’est tournée vers lui : ce fut le coup de foudre.

- Martin est parti vers minuit; il n’a jamais été revu depuis.

 

 

Le nom vers désigne en poésie une unité définie par des règles rythmiques. Vers s’oppose à prose pour désigner l’écriture versifiée. Quelques mots sont dérivés de vers : verset, versifier, versificateur, versification.

 

Exemples :

 

- Le théâtre classique est généralement écrit en vers.

- Son poème contenait une douzaine de vers.

- Il a mis en vers son histoire.

 

 

Vert peut être adjectif ou nom. Comme adjectif de couleur, il désigne la couleur intermédiaire entre le bleu et le jaune. Comme nom, vert indique la couleur elle-même. Pris dans un autre sens, vert se dit de ce qui n’est pas mûr. Pour les personnes, il qualifie la vigueur, le jeunesse. Il peut aussi, dans certaines locutions, se référer à l’écologie, à la campagne ou à la nature.

 

Exemples :

 

- Son chandail vert était neuf.

- Le vert était la couleur de son parti politique.

- Le blé est encore trop vert pour être coupé.

- Le vieil homme était encore vert, il fallait se méfier de lui.

- Le tourisme vert attire de plus en plus de vacanciers.

 

 

Vert figure dans plusieurs locutions : plantes vertes, espace vert, langue verte, classe verte, billet vert, fée verte, avoir les doigts verts, main verte, se mettre au vert, donner le feu vert, petits hommes verts, en dire des vertes et des pas mûres, etc.

 

Exemples :

 

- La maison était remplie de plantes vertes.

- Le bandit était mû par une seule passion : accumuler les billets verts.

- On a enfin donné le feu vert au projet de réforme.

- Cette liqueur particulière qu’était l’absinthe, nommée la fée verte par plusieurs, inspira de nombreux poètes symbolistes.

 

 

Vert entre dans la formation de nombreux mots : vertement, verdir, verdissant, verdissement, reverdir, verdeur, verdure, verdoyer, verdoiement, verdet, verdâtre, vert-de-gris, etc.

 

 

Enfin, vair est un nom masculin vieilli qui désigne la fourrure blanche et grise d’un écureuil nommé petit-gris. Il s’agirait en fait de la matière de laquelle était faite la pantoufle de Cendrillon. D’une édition à l’autre de ce conte de Perrault, on peut voir vair ou verre. On comprendra alors la confusion. Des mots tels que vairon et vairé sont dérivés de vair.

 

Exemple :

 

- La dame se réchauffait avec son col de vair.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles