Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




L'orthographe
Homophones lexicaux



Satire et satyre

 

Satire et satyre sont des homophones, c’est-à-dire des mots de même prononciation mais n’ayant pas le même sens.

 

Satire est un nom féminin qui désigne un ouvrage, par exemple un poème ou un dessin, qui ridiculise quelqu’un ou quelque chose pour l’attaquer. Chez les Anciens, à Rome, la satire était une œuvre littéraire où l’on mêlait genres, formes et mètres afin de critiquer les mœurs de l’époque. Quelques mots sont dérivés de satire : satirique, satiriquement, satiriser, satiriste.

 

Exemples :

 

- Plusieurs n’ont pas compris que cette pièce était une satire de la vie politique actuelle.

- Dans sa thèse, elle propose une nouvelle traduction des Satires de Juvénal.

 

 

Satyre est un nom masculin. Un satyre est une divinité mythologique ayant un corps d’homme, des cornes et des pieds de bouc. Le mot satyre désigne aussi un pervers sexuel. On l’utilise enfin pour désigner un papillon de jour ainsi qu’une sorte de champignon. Quelques mots sont dérivés de satyre : satyrisme, satyrique, satyriasis, satyriasique.

 

Exemples :

 

- Le dieu Pan apparaît généralement, dans l’iconographie, sous la forme d’un satyre.

- Ce vieux satyre harcelait constamment les jeunes femmes du bureau.

- Un délicat satyre s’est brièvement posé sur mon épaule.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles