Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




L'orthographe
Homophones lexicaux



Repaire et repère

 

 

Repaire et repère sont des homophones, c’est-à-dire des mots de même prononciation mais n’ayant pas le même sens.

 

Repaire est un nom masculin qui désigne soit un lieu servant de refuge à une bête sauvage ou à un malfaiteur, soit un lieu où vivent en grande quantité des animaux dangereux. Le substantif repaire est issu du verbe repairer, qui est un terme de chasse à courre signifiant « être au gîte ».

 

Exemples :

 

- Cette usine désaffectée était devenue le repaire des pires bandits de la ville.

- Mieux vaut éviter ce marais : c’est un repaire d’alligators.

 

 

Repère est un nom masculin qui désigne une marque servant à retrouver un lieu ou à se situer. Dans son sens figuré, repère indique ce qui permet de retrouver quelque chose dans un tout, comme dans la locution point de repère. Les mots repérer, repéré, repérage et repérable sont dérivés de repère. Ils s’écrivent tous avec un accent aigu sur le second e.

 

Exemples :

 

- L’explorateur a tracé périodiquement des marques sur les arbres. Elles serviront de repères à son retour.

- Richard n’avait pas assez de points de repère pour apprécier l’art de Samuel Beckett.

 

 

La conjugaison du verbe repérer crée d’autres homophones de repaire et repère : je repère, tu repères, il repère, etc. Là encore, on note une variation de l’accent, tantôt grave, tantôt aigu, sur le second e.

 

Exemple :

 

- Il faut absolument que tu repères Marie et son ami dans la foule.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles