Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Les anglicismes
Anglicismes sémantiques




 

Le participe passé dû, du verbe devoir, signifie « que l’on doit ». On dira par exemple qu’un compte est dû pour le 31 mars. Toutefois, est utilisé à tort dans diverses expressions calquées de l’anglais to be due for au sens d’« être mûr pour », « avoir besoin de », « être attendu pour » ou « qui doit arriver ».

 

Exemples fautifs :

 

- Julien est pour un poste de cadre.

- Les ouvriers travaillaient trop dangereusement. L’accident était pour arriver.

- Je serais due pour une coupe de cheveux!

- Leur arrivée est due pour 13 h 30.

- Sa décision est due pour la fin du mois.

- Pierre et Colette sont dus pour se marier.

- Nous étions dus pour travailler ensemble.

- Chaque fin d’hiver, bien des Québécois sont dus pour des vacances au soleil.

 

 

On écrira plutôt, par exemple :

 

- Julien se dit mûr pour un poste de cadre.

- Les ouvriers travaillaient trop dangereusement. Cet accident devait arriver.

- Une coupe de cheveux me ferait grand bien!

- On attend leur arrivée pour 13 h 30.

- Sa décision est attendue pour la fin du mois.

- Pierre et Colette sont mûrs pour le mariage.

- Nous devions travailler ensemble.

- Chaque fin d’hiver, bien des Québécois ont besoin de vacances au soleil.

 

 

Par ailleurs, si les mots dû à s’emploient de façon tout à fait justifiée avec le verbe être (parfois sous-entendu) dans le sens de « causé par » ou « attribuable à », l’expression dû à en tête de phrase ou de proposition est un calque de l’anglais due to à éviter. Il faut la remplacer, selon le contexte, par « à cause de, en raison de, parce que, étant donné, du fait de, par suite de », « à la suite de » ou « grâce à ».

 

Exemples :

 

- Le retard de l’avion est dû aux tempêtes qui sévissent sur la côte.

- Cette méprise due à l’inexpérience du jeune employé ne se reproduira pas.

- Cet excellent résultat est dû à l’engagement de tous et de toutes.

 

Exemples fautifs :

 

- Dû à l’embouteillage sur le boulevard Laurier, je suis arrivée en retard.

- Dû au mauvais temps, tous les vols sont retardés.

- Sa voiture a dérapé dû aux freins trop usés.

- Dû au malentendu, la rencontre n’a pas eu lieu.

- Dû à des changements de dernière minute, il a fallu rédiger un nouveau contrat.

 

On écrira plutôt, par exemple :

 

- À cause de l’embouteillage sur le boulevard Laurier, je suis arrivée en retard.

- En raison du mauvais temps, tous les vols sont retardés.

- Sa voiture a dérapé parce que les freins étaient trop usés.

- Étant donné le malentendu, la rencontre n’a pas eu lieu.

- Par suite de changements de dernière minute, il a fallu rédiger un nouveau contrat.

 

 

Enfin, l’expression passé dû est aussi un calque de l’anglais past due que l’on peut lire parfois sur les comptes ou les factures. On le remplacera par échu, arriéré ou en souffrance, selon le sens.

 

Exemples fautifs :

 

- Le délai de paiement est passé dû.

- Je réclame une dette passée due.

- Votre compte d’électricité est passé dû depuis le 2 février.

 

On écrira plutôt, par exemple :

 

- Le délai de paiement est échu (expiré).

- Je réclame une dette arriérée (qui reste due).

- Votre compte d’électricité est en souffrance (impayé) depuis le 2 février.

 

 

Pour en savoir davantage sur le participe passé et son homophone du, vous pouvez consulter l’article Du et dû.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles