Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La syntaxe
Les prépositions > Préposition devant un nom



Après

 

La préposition après est souvent employée dans la langue orale là où d’autres prépositions devraient être utilisées. Plusieurs de ses emplois sont ainsi jugés familiers. Il faut donc les éviter dans le style soigné, surtout à l’écrit. C’est le cas notamment de l’emploi de après dans des contextes où les prépositions à et sur sont de mise.

 

Exemples :

 

- Dès qu’il franchit la porte, il accroche sa veste après le portemanteau.

- La petite Caroline aime beaucoup grimper après les arbres.

- J’ai dit aux enfants de ne jamais laisser la clé après la porte.

- Tu devrais te changer : il y a une tache après ton pantalon.

 

On écrira plutôt :

 

- Dès qu’il franchit la porte, il accroche sa veste au portemanteau.

- La petite Caroline aime beaucoup grimper aux arbres. (ou : sur les arbres)

- J’ai dit aux enfants de ne jamais laisser la clé sur la porte.

- Tu devrais te changer : il y a une tache sur ton pantalon.

 

 

On utilise aussi la préposition après dans certaines expressions de la langue orale, notamment après des verbes exprimant une certaine colère (crier, être fâché, être furieux, s’emporter, etc.) ainsi qu’après les verbes être et attendre.

 

Exemples :

 

- Elle a dû se retenir de ne pas crier après ceux qui l’avaient trahie.

- Il sentait que David était furieux après lui.

- Tous les soirs, mon frère est après ma sœur, jusqu’à ce qu’elle abdique.

- Nous avons attendu après Jules pendant deux heures.

 

Il vaut mieux éviter ce genre de tournure dans la langue soignée, particulièrement à l’écrit. Après un verbe exprimant la colère, on remplacera après par la préposition contre; on remplacera l’expression être après par une expression comme s’en prendre à; et on enlèvera simplement après dans l’expression attendre après.

 

On écrira plutôt :

 

- Elle a dû se retenir de ne pas crier contre ceux qui l’avaient trahie.

- Il sentait que David était furieux contre lui.

- Tous les soirs, mon frère s’en prend à ma sœur, jusqu’à ce qu’elle abdique.

- Nous avons attendu Jules pendant deux heures.

 

Toutefois, l’expression attendre après est admise pour illustrer la nécessité, la longueur de l’attente ou l’impatience de la personne qui attend. Sans cette nuance, cette expression est considérée comme familière ou populaire.

 

Exemple :

 

- Denis était exaspéré lorsque Philippe est arrivé : il attendait après lui depuis des heures.

 

 

L’expression courir après quelqu’un ou, au figuré, courir après quelque chose est utilisée dans la langue courante. Elle est correcte dans plusieurs situations, mais il peut être préférable de l’éviter dans la langue soignée. On peut la remplacer par le verbe poursuivre ou, au figuré, par le verbe chercher.

 

Exemples :

 

- Tu te souviens de ce jour où nous avons couru après un voleur?

- J’ai l’impression de toujours courir après une nouvelle idée!

- Les victimes n’ont pu poursuivre le voleur.

- Ce journaliste cherche désespérément un bon sujet d’article.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles