Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La typographie
Majuscules > Emploi de la majuscule pour des noms particuliers



Halloween

 

L’écriture des noms de fêtes civiles ou religieuses pose des problèmes quant à l’emploi des majuscules et du trait d’union. Lorsque le nom ne comporte qu’un seul mot, la majuscule est de rigueur. Lorsque le nom comporte plusieurs mots, la règle générale est de mettre une majuscule au nom spécifique, celui qui vient préciser la fête dont il s’agit, et une minuscule au nom générique (par ex. fête, jour). Cette règle n’est toutefois pas toujours respectée et l’on observe des graphies différentes selon les ouvrages.

 

Le nom de fête Halloween débute par une majuscule, bien que chez certains auteurs, on trouve un h minuscule. Halloween est un nom féminin et même s’il s’agit d’un nom étranger, le h initial est muet, d’où l’élision de l’article et de la préposition.

 

Il faut chercher du côté de l’anglais pour connaître l’étymologie de ce mot. En effet, All Hallow Even, qui signifie « veille de la Toussaint », a donné Halloween. Cette fête se célèbre au Canada et aux États-Unis le 31 octobre et cette coutume commence à se répandre en Europe.

 

C’est sous l’influence de la culture américaine que cette fête a été récemment introduite en France, et non pas par l’intermédiaire des Québécois, ce qui peut expliquer que l’on n’y emploie pas Halloween tout à fait de la même façon. Les Français ne mettent pas d’article devant le mot; ils diront par exemple : C’est Halloween! Viens fêter Halloween avec nous. Que faites-vous pour Halloween? On peut sans doute voir dans le fait que les Québécois mettent un article élidé devant Halloween un signe de l’intégration linguistique du mot qui n’est plus senti comme étranger. En outre, la création de l’expression passer l’Halloween, qui a un sens tout à fait particulier au Québec, celui de « passer de maison en maison, en portant un déguisement, pour recueillir des friandises », est un signe de plus de l’intégration du mot.

 

Exemples :

 

- À l’Halloween, tous les enfants se déguisent et font le tour des maisons de leur quartier.

- Après leur tournée, les petits ont partagé leurs friandises d’Halloween.

- Les plus jeunes se font accompagner de leurs parents pour passer l’Halloween.

- Joyeuse Halloween!

 

Pour en savoir davantage, vous pouvez consulter les articles Jour des Morts et Toussaint.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : janvier 2018

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles