Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La syntaxe
Les prépositions > Préposition après un verbe



Réussir

 

Le verbe réussir s’emploie dans différentes constructions. On peut l’utiliser seul sans complément, avec un complément direct, ou encore avec un complément introduit par les prépositions à, dans ou en.

 

Exemples :

 

- Malgré les conditions difficiles, l’opération a réussi.

- Tous ses enfants ont bien réussi et il en est très fier.

- J’ai réussi mon soufflé à la perfection.

- Il n’a pas réussi sa vie comme il l’aurait voulu.

- Je n’ai pas réussi à convaincre mes collègues du bien-fondé de cette demande.

- Sa fille ne lit jamais et elle ne réussit pas en français.

- Il n’a pas d’amis mais il réussit très bien dans son travail.

 

 

Un emploi cependant cause des hésitations quant à l’usage ou non de la préposition devant le complément. Il s’agit de l’emploi de réussir avec des noms comme examen, concours, test, etc. On n’a longtemps accepté que la construction indirecte, c’est-à-dire avec l’emploi de la préposition à : réussir à un examen, à un concours, à un test. Toutefois, l’emploi du verbe réussir avec un complément direct s’est beaucoup étendu depuis le XIXe siècle, ce dont témoigne l’usage. Aussi la langue soignée et les dictionnaires attestent-ils maintenant la construction réussir un examen, qui n’en demeure pas moins critiquée par certains grammairiens. C’est donc dire que dans cet emploi les deux constructions, avec ou sans la préposition à, sont maintenant acceptées.

 

Exemple :

 

- Au dernier trimestre, il a réussi (à) tous ses examens.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles