Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Le vocabulaire
Pléonasmes



Contraint malgré lui

 

L’enchaînement contraint malgré lui que l’on trouve dans les exemples suivants est considéré comme pléonastique.

 

Exemples fautifs :

 

- Certes, Benoît est heureux d’avoir obtenu ce poste, mais il est contraint malgré lui de déménager à Ottawa.

- Charlotte est contrainte malgré elle d’assurer tous les préparatifs du colloque.

- La situation économique difficile a contraint malgré eux ces employeurs à congédier des dizaines d’employés.

- J’ai été contrainte malgré moi de signer cette pétition.

 

En effet, l’adjectif verbal contraint signifie « qui est obligé, forcé à agir contre son gré » et la locution adverbiale malgré lui signifie « de mauvais gré, contre son gré ou sa volonté ». Il y a donc redondance puisque l’idée de contrainte est présente deux fois. Chacun des deux éléments indique que le sujet en question subit une pression et que l’action n’est pas accomplie volontairement.

 

On écrirait plus correctement :

 

- Certes, Benoît est heureux d’avoir obtenu ce poste, mais il doit malgré lui déménager à Ottawa.

- Charlotte est contrainte d’assurer tous les préparatifs du colloque.

- La situation économique difficile a contraint ces employeurs à congédier des dizaines d’employés.

- J’ai signé malgré moi cette pétition.

 

Notons cependant que la locution figée contraint et forcé, qui signifie « sous la contrainte », est admise par l’usage, bien qu’elle soit pléonastique.

 

Exemples :

 

- Je n’y consentirai que contraint et forcé.

- Ce pays ne déclarera la guerre que contraint et forcé.

 

 

Devant un infinitif, le verbe contraindre se construit indifféremment avec les prépositions à ou de. Devant un nom, il se construit cependant avec la préposition à.

 

Exemples :

 

- La maladie l’a contraint à se reposer (ou de se reposer).

- Sa maladie l’a contraint au repos.

 

À la forme passive, la présence du complément d’agent entraîne plutôt l’emploi de la préposition à.

 

Exemple :

 

- Jacques est contraint par le vice-président à remettre sa démission.

 

 

Enfin, on notera que le verbe contraindre se conjugue comme le verbe craindre : il contraint, nous contraignons, que vous contraigniez, etc.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles