Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Le vocabulaire
Pléonasmes



Plus meilleur

 

L’enchaînement plus meilleur que l’on trouve dans les exemples suivants est considéré comme pléonastique.

 

Exemples fautifs :

 

- L’adaptation cinématographique de ce roman est plus meilleure que son adaptation théâtrale.

- Les tartes de ma mère goûtent plus meilleur que celles qu’on trouve au supermarché. 

- Louis et Jeanne n’auraient pu imaginer un plus meilleur accueil.

- Plus Nicolas s’entraîne, plus il est meilleur au biathlon.

 

En effet, l’adverbe plus est un comparatif de supériorité qui signifie étymologiquement « plus grande quantité » et l’adjectif meilleur est ici le comparatif de supériorité du mot bon (ex. : Elle est meilleure nageuse que son amie). Il y a donc redondance puisque chacun des deux mots est un comparatif de supériorité.

 

On écrirait plus correctement :

 

- L’adaptation cinématographique de ce roman est plus réussie que son adaptation théâtrale.

- Les tartes de ma mère ont meilleur goût que celles qu’on trouve au supermarché. 

- Louis et Jeanne n’auraient pu imaginer un meilleur accueil.

- Plus Nicolas s’entraîne, meilleur il est au biathlon.

 

 

Dans tous les contextes, l’adjectif meilleur se substitue à l’expression plus bon, qui est incorrecte.

 

Exemple :

 

- Jean est un meilleur joueur de hockey que Paul. (et non : Jean est un plus bon joueur.)

 

 

Les adjectifs qui sont déjà, par leur étymologie, des comparatifs (comme meilleur, mais aussi antérieur, extérieur, inférieur, intérieur, postérieur et ultérieur) ne peuvent en principe être précédés des adverbes plus ou moins. On évitera ainsi, outre le pléonasme plus meilleur, les expressions plus majeur, plus supérieur, moins inférieur, plus pire, etc. La présence d’autres adverbes d’intensité (comme bien, très, un peu, (de) beaucoup, (de) peu) devant un adjectif comparatif est toutefois généralement tolérée.

 

Exemples :

 

- Son premier album est bien meilleur que son dernier.

- Ma rencontre avec Irène est très antérieure à ma rencontre avec son frère.

- Son résultat est de beaucoup inférieur à nos attentes.

 

 

Quand le superlatif le meilleur est suivi d’une proposition subordonnée introduite par que, le verbe de la subordonnée se met le plus souvent au subjonctif, mais on peut également employer l’indicatif.

 

Exemple :

 

- C’est le meilleur film que nous ayons vu (ou avons vu) ces derniers mois.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles