Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Le vocabulaire
Paronymes



Prodige et prodigue

 

La prononciation ressemblante des mots prodige et prodigue, et le fait qu’ils sont souvent associés au mot enfant prêtent à confusion.

 

 

Prodige est un nom qui désigne un événement surprenant, qui semble magique ou surnaturel, d’où la locution tenir du prodige, qui signifie « être extraordinaire, presque incroyable ». Le terme désigne aussi un acte extraordinaire, un exploit et une personne qui se distingue par le caractère remarquable de ses talents. C’est dans ce sens que le terme est parfois utilisé, comme un adjectif, en apposition. L’adjectif prodigieux et l’adverbe prodigieusement lui sont apparentés.

 

Exemples :

 

- Les aurores boréales illuminaient le ciel et les enfants ébahis croyaient assister à un prodige.

- Travaillant dans des conditions inimaginables, ces médecins ont accompli des prodiges.

- Élève prodige, Arthur Rimbaud accumulait les prix, notamment en rhétorique.

 

 

Prodigue est d’abord un adjectif qui signifie « qui dépense à l’excès, sans compter ». C’est aussi un nom qui désigne un dilapidateur. La locution être prodigue de signifie « distribuer, donner sans compter ». On trouve notamment dans la même famille prodiguer et prodigalité.

 

Exemples :

 

- On dit d’Alexandre Dumas père qu’il était un homme prodigue et qu’il connut des faillites aussi retentissantes que ses succès.

- Certains prodigues s’avèrent des joueurs invétérés.

- Un mentor attentionné est prodigue de conseils avisés.

 

 

En apposition, prodige est le plus souvent juxtaposé à enfant, ce qui n’est pas surprenant puisque le fait d’être doué a un caractère encore plus prodigieux lorsqu’il est observé chez un enfant. L’expression enfant prodige figure ainsi au dictionnaire et désigne un enfant extraordinairement précoce et talentueux.

 

L’expression enfant prodigue fait quant à elle allusion à une parabole de l’Évangile (Luc, XV, 11-32), dans laquelle un garçon prie son père de lui donner sa part d’héritage, qu’il dilapide ensuite, pour revenir ruiné et repentant à la maison paternelle. Par extension, l’expression enfant prodigue désigne aujourd’hui l’enfant qui, après avoir quitté ses parents un certain temps, est accueilli à bras ouverts à son retour. Plaisamment, elle se dit aussi de celui qui a délaissé un groupe d’appartenance (politique ou sportif, par exemple) et qui y revient, souvent après avoir connu quelques revers. Il est intéressant de noter que dans cet emploi la signification de prodigue est complètement évacuée. On ne compte plus les articles de journaux qui ont pour titre Le retour de l’enfant prodigue, ou encore, jouant sur la paronymie, Le retour de l’enfant prodige.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : décembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles