Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




L'orthographe
Homophones lexicaux



Cour, cours, court et courre

 

Cour, cours et court sont des homophones, c’est-à-dire des mots de même prononciation mais de sens différents.

 

Cour est un nom féminin qui désigne un espace découvert près d’un bâtiment ou d’une résidence. On emploie aussi ce mot pour parler de l’entourage d’un souverain, des admirateurs d’une personnalité, ou encore, d’un tribunal. Cour entre dans la formation de différents mots : courette, courtisan, courtois, basse-cour, arrière-cour, etc.

 

Exemples :

 

- Les enfants jouaient dans la cour d’école.

- Les chevaliers se réunissaient, une fois l’an, à la cour.

- Les officiers furent tous convoqués à la cour martiale.

- La vedette était entourée de sa cour : des envieux, des parasites et des pique-assiettes.

 

 

Cours, nom masculin, a plusieurs sens. Le mot désigne d’abord l’écoulement de l’eau, d’un fleuve, d’une rivière. Il signifie aussi « suite continue dans le temps », comme le cours des saisons, le cours des événements. On l’utilise pour exprimer un enseignement continu sur une matière. Finalement, il désigne le prix des titres et des marchandises. Plusieurs mots font partie de la même famille que cours : course, coursier, courser, concours, etc. Ce mot figure aussi dans certaines expressions : donner libre cours à, au cours de, avoir cours, au long cours, etc.

 

Exemples :

 

- On a dévié le cours naturel de la rivière pour construire un barrage hydroélectrique.

- L’inspecteur interrogea les témoins afin de reconstituer le cours des événements.

- Le cours de physique était interminable pour les uns et trop court pour les autres.

- Les menaces de guerre ont fait monter le cours du pétrole.

- Au cours de ma vie, jamais je n’ai rencontré une personne aussi charmante.

 

 

Court peut être adjectif ou adverbe. Dans les deux cas, il qualifie quelque chose (longueur ou durée) de petit. Employé comme adverbe, il demeure invariable. Plusieurs mots sont dérivés ou composés de court : courtaud, écourter, raccourcir, raccourcissement, court-bouillon, court-circuit, etc.

 

Exemples :

 

- Son discours fut court et tout le monde s’en réjouit.

- Le père avait les bras courts, la mère, les jambes courtes.

- Elle s’habille toujours trop court.

- Il a coupé court à la conversation.

 

 

Court est également un nom masculin qui désigne un terrain de tennis.

 

Exemple :

 

- Il était imbattable sur un court de terre battue.

 

 

Finalement, la forme courre, ancienne forme du verbe courir, n’existe plus que dans l’expression chasse à courre qui désigne la chasse à cheval qui se fait avec des chiens.

 

Exemple :

 

- La chasse à courre est encore pratiquée par la noblesse anglaise.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles