Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




L'orthographe
Homophones lexicaux



Amande et amende

 

Amande et amende sont des homophones, c’est-à-dire des mots de même prononciation mais n’ayant pas le même sens.

 

Amande est un nom féminin. Il s’agit du fruit de l’amandier. On utilise aussi ce nom pour qualifier une forme oblongue semblable à celle l’amande. Quelques mots sont construits à partir d’amande : amandaie, amanderaie, amandier et amandine.

 

Exemples :

 

- Sa raison secrète pour se déplacer en Hollande était de manger ces gâteaux aux amandes que l’on ne trouve qu’à Utrecht.

- Personne ne pouvait résister à ses yeux en amande.

 

 

Amende est aussi un nom féminin. Celui-ci correspond à une somme d’argent qu’il faut payer à la suite d’un délit quelconque. Quelques mots font partie de la même famille; en plus de amendement, on peut mentionner amendable et amender, qui signifie « modifier pour rendre meilleur ».

 

Exemples :

 

- Hector a été condamné à une forte amende, car il a omis de payer ses impôts depuis deux ans.

- J’ai été mis à l’amende pour un rien.

 

 

On trouve amende dans l’expression faire amende honorable, qui signifie « reconnaître ses torts ».

 

Exemple :

 

- Tous furent surpris; Bastien, malgré son orgueil et sa prétention, s’abaissa à faire amende honorable.

 

 

Certains utilisent un vieux truc pour distinguer amende de amande : « amande se mange avec un a (ah!), et amende se paie avec un e (euh!). »



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles