Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Le vocabulaire
Pléonasmes



Avérer

 

Le verbe avérer a été emprunté au latin averare (ou adverare), formé de ad- et de verus, qui signifie « vrai ». À la forme transitive, avérer a le sens de « donner comme certain », « reconnaître ou établir comme vrai » et, à la forme pronominale, s’avérer, employé seul, signifie « être reconnu comme vrai, être confirmé ». Plusieurs dictionnaires de langue considèrent ces emplois comme vieillis, didactiques, classiques, littéraires ou rares. Cependant, ils subsistent dans l’usage.

 

Exemples :

 

- Si la rumeur est avérée, l’organisation sera en mauvaise posture.

- Il est avéré que la recherche scientifique nécessite des subventions.

- Le présumé coupable a été relâché, bien qu’il soit un criminel avéré. (participe passé devenu adjectif)

- L’exercice de la médecine légale implique d’être capable d’avérer des faits.

- Les qualités pour lesquelles cette ressource a été sélectionnée se sont avérées.

 

 

Aujourd’hui, la forme pronominale s’avérer, dans le sens de « se révéler », « se montrer », « être », est la plus courante. S’avérer peut alors être suivi d’un adjectif, d’une locution introduite par que ou, plus rarement, d’un infinitif.

 

Exemples :

 

- Les tests que nous avons effectués s’avèrent concluants.

- Les démarches que nous avions entreprises s’avèrent inutiles.

- Il s’avère que tu avais raison.

- Cette femme s’est avérée devoir une somme d’argent considérable.

 

 

Enfin, étant donné le sens étymologique de ce verbe, l’enchaînement s’avérer vrai est traditionnellement vu comme un pléonasme, l’idée de vérité étant présente dans les deux mots. L’enchaînement s’avérer faux, lui, est souvent considéré comme contradictoire. Il semble toutefois exagéré de condamner ces deux tournures, puisque l’idée de vérité derrière le verbe avérer est de moins en moins sentie, même si on peut encore percevoir un certain rapport, ne serait-ce qu’à l’oreille, entre le verbe avérer et le nom vérité. On doit cependant être conscient que ces deux tournures sont critiquées; on pourra donc préférer les éviter dans la langue soignée. On remplacera alors s’avérer par se révéler, se montrer ou être.

 

Exemples :

 

- La rumeur qui circulait depuis quelque temps était vraie.

- Les prévisions météorologiques se sont vérifiées.

- Si ce qu’il a affirmé se révélait faux, nous devrions recommencer l’enquête.

- Les conclusions de cette recherche se sont montrées fausses.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles