Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




Le vocabulaire
Pléonasmes



Double alternative

 

Les enchaînements double alternative ou deux alternatives que l’on trouve dans les exemples suivants constituent des pléonasmes.

 

Exemples fautifs :

 

- Il était devant une double alternative : demeurer un simple employé ou démarrer sa propre entreprise.

- Elle devait choisir entre deux alternatives : partir ou rester.

 

 

En effet, le mot alternative signifie « choix entre deux possibilités ou éventualités souvent opposées » et les mots double ou deux impliquent « deux éléments, identiques ou non ». Il y a donc redondance puisqu’en français le mot alternative se réfère déjà à un ensemble de deux solutions.

 

On écrirait donc plus correctement :

 

- Il était devant l’alternative suivante : demeurer un simple employé ou démarrer sa propre entreprise.

- Elle devait choisir entre deux possibilités : partir ou rester.

 

 

Dans l’usage, le mot alternative a connu un glissement de sens et en est venu à être perçu comme un synonyme du mot possibilité, probablement sous l’influence du mot anglais alternative. En effet, le mot anglais alternative désigne chacune des deux possibilités, alors qu’en français le même mot se réfère plutôt à un ensemble de deux solutions. C’est sans doute de là que vient l’emploi pléonastique, que l’on trouve même chez les bons auteurs. Il convient cependant d’éviter cette redondance en se rappelant que le mot alternative renvoie au choix et non aux possibilités offertes; il doit donc être utilisé au singulier.

 

Exemples :

 

- Il n’y a que deux possibilités : partir ou rester.

- Il n’y a qu’une alternative : partir ou rester.

 

 

De plus, le mot alternative employé au sens de « solution de remplacement » ou « solution de rechange » constitue un anglicisme qui est critiqué, bien que cet emploi soit de plus en plus fréquent au Québec et en France. La majorité des ouvrages de référence considère que le mot solution ou les expressions solution de remplacement et solution de rechange sont plus adaptés.

 

Exemples :

 

- Le commerce équitable : une solution de rechange au capitalisme? (plutôt que : une alternative au capitalisme)

- Ils sont convaincus qu’une politique restrictive est la seule solution à la dévaluation du marché. (plutôt que : la seule alternative à la dévaluation du marché)

 

 

Enfin, l’expression en dernière alternative constitue une impropriété lorsqu’elle est employée à la place de en dernier lieu ou de en dernier ressort.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles