Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La grammaire
Le verbe > Accord du participe passé > Cas particuliers d'accord du participe passé



Participe passé précédé d'un adverbe de quantité

 

Lorsqu’un participe passé est en relation avec un adverbe de quantité, il s’accorde, la plupart du temps, en genre et en nombre avec le complément de l’adverbe.

 

Exemples :

 

- Trop d‘irrégularités ont été mises au jour pour que ce candidat soit crédible.

- De combien de découvertes insoupçonnées Léonard de Vinci fut-il l’auteur?

- Bien peu de mots ont été échangés entre les duellistes.

- Bien des jeunes que Nathalie a interrogés se disaient conscients des dangers de la route.

 

 

Mais il arrive que l’accord se fasse avec l’adverbe de quantité quand ce dernier exprime l’idée dominante.

 

Exemple :

 

- Dans cette affaire, Louis avait été prévenu que trop d’assurance serait blâmé. (Logiquement, on comprend que c’est le trop qui a été blâmé, et non l’assurance.)

 

 

Lorsque l’adverbe est nominalisé par la présence d’un déterminant (le trop, le peu, ce peu), c’est généralement l’idée d’ensemble exprimée par le peu, le trop, etc., qui domine, d’où l’invariabilité.

 

Exemples :

 

- Le peu d’énergie qu’il a déployé à l’ouvrage lui a valu quelques réprimandes.

- C’est ce trop peu de paroles que Noémie avait reproché à son amant.

 

Mais lorsque l’accent est mis sur le complément, l’accord se fait avec ce dernier.

 

Exemple :

 

- Le peu de bienveillance manifestée à son égard l’a peiné.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles