Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La grammaire
L'adjectif > Formation du féminin des adjectifs



Bénit et favori

 

Certains adjectifs dérivés de participe passé ont un féminin un peu particulier. Ainsi en est-il des adjectifs bénit et favori.

 

Il existe deux formes associées au verbe bénir : béni et bénit. La distinction entre ces deux formes ne s’est imposée qu’au XIXe siècle. La forme béni(e) est le participe passé du verbe bénir. On l’emploie pour parler de la bénédiction de Dieu ou de celle du prêtre sur les personnes. On l’emploie aussi, dans un sens figuré, pour parler des choses.

 

Exemples :

 

- Le prêtre a béni les fidèles.

- Leur mariage a été béni par le curé du village.

- Cette région est très fertile : elle est bénie des dieux.

- Le jour où je t’ai rencontré est un jour béni.

 

 

La forme bénit(e) est maintenant uniquement un adjectif. On l’emploie pour parler de choses qui ont reçu la bénédiction d’un prêtre selon un certain rituel.

 

Exemples :

 

- À l’église, il y a toujours de l’eau bénite et des cierges bénits.

- Il a rapporté de son pèlerinage des médailles bénites.

 

 

L’adjectif favori quant à lui n’a qu’un féminin : favorite. La présence du t s’explique sans doute par l’influence de l’italien qui a comme participe passé du verbe favorire, qui signifie « favoriser », les formes favorito, favorita. La forme française actuelle favorite a remplacé favorie, féminin régulier de favori, participe passé de l’ancien verbe favorir.

 

Exemple :

 

- Elle aime beaucoup les romans policiers. C’est sa lecture favorite.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles