Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




L'orthographe
Élision et apostrophe



Élisions interdites

 

L’élision est l’effacement de la voyelle finale d’un mot lorsque celui-ci est suivi d’un mot commençant par une voyelle ou un h muet. L’élision est marquée à l’écrit par l’apostrophe, qui remplace la voyelle élidée. L’élision ne touche que des mots grammaticaux, habituellement courts, et que les voyelles a, e et i. Dans certains cas, l’élision est obligatoire, dans d’autres, elle est facultative et dans d’autres encore, elle est interdite.

                                                                                                                      

Il n’y a pas d’élision devant le h dit aspiré. C’est le cas de la plupart des noms propres qui commencent par un h. Pour les noms communs, il y a plusieurs exceptions : on écrit, par exemple, le héros mais l’héroïne. C’est pourquoi il est recommandé de consulter un dictionnaire pour savoir s’il s’agit d’un h muet ou d’un h aspiré et dans quels cas il y a élision; certains dictionnaires indiquent le h aspiré par une apostrophe, et d’autres l’indiquent par un astérisque.

 

Exemples :

 

- Il a visité la Hongrie et la Hollande plus d’une fois.

- On entendait le hibou boubouler.

 

 

Il n’y a pas d’élision devant les numéraux suivants et leurs dérivés : huit, huitième, onze, onzième.

 

Exemple :

 

- Il n’y a que huit participants à cette réunion, alors que l’on y en attendait plus de onze.

 

 

Devant les mots étrangers commençant par y, il ne faut pas faire d’élision, comme dans les mots : yacht, yankee, yaourt, yogourt, yen, yiddish, yogi, youyou, yucca.

 

Exemples :

 

- Ça fait longtemps qu’elle ne mange plus de yaourt.

- Ce quai est réservé aux propriétaires de yachts.

 

 

Il ne faut pas faire d’élision devant les mots oui et ouistiti. On recommande généralement aussi d'éviter la liaison devant ouï-dire. Elle est cependant facultative devant ouate.

 

Exemples :

 

- Lors du vote, le oui l’a emporté de justesse.

- Le ouistiti est un petit primate.

- Il sera sans doute absent, si l'on croit le ouï-dire.

 

 

Après presque et quelque, on ne fait pas d’élision sauf dans presqu’île et quelqu’un, quelqu’une.

 

Exemples :

 

- Quelqu’un sait-il si le professeur a été retardé par quelque incident?

- Il est arrivé presque au même instant où je partais.

 

 

Les déterminants possessifs féminins ma, ta et sa ne s'élident jamais, mais ils sont remplacés par les formes masculines mon, ton et son devant les mots féminins qui commencent par une voyelle ou par un h muet. Les formes féminines régulières subsistent toutefois dans les cas d'élisions interdites décrits plus haut. Pour en savoir davantage à ce sujet, vous pouvez consulter l'article Déterminants possessifs devant les mots féminins.

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : novembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles