Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La grammaire
Les déterminants > Déterminants indéfinis



Tel

 

Tel se prête à différents emplois; il peut être adjectif qualificatif, déterminant (adjectif indéfini), ou encore pronom indéfini.

 

Comme adjectif qualificatif, tel marque la ressemblance. Il peut signifier « pareil, semblable ». Il s’accorde avec le nom (ou le pronom) qu’il qualifie. Notons que, dans la construction tel quel, les deux éléments, tel et quel, s’accordent avec le nom auquel ils se rapportent. Par ailleurs, il faut éviter d’employer tel que au lieu de tel quel.

 

Exemples :

 

- Il ne veut plus voir personne; tel est son désir.

(Tel est employé comme attribut et s’accorde avec désir : son désir est tel.)

- Tel est l’état de la situation.

(Tel est employé comme attribut et s’accorde avec état : l’état de la situation est tel.)

- Telle est la situation.

(Telle est employé comme attribut et s’accorde avec situation.)

- Que devons-nous faire en une telle circonstance?

(Telle s’accorde avec circonstance.)

- Je me méfie de telles rumeurs.

(Telles s’accorde avec rumeurs.)

- Tel père, tel fils. Telle mère, telle fille?

(Tel s’accorde avec père et avec fils; telle, avec mère et avec fille.)

- Le vrai bonheur? Déguster une glace au soleil. Il n’y a rien de tel!

(Tel est épithète de rien.)

- La jeunesse en tant que telle est un atout.

(Telle s’accorde avec jeunesse.)

- Nous avons accepté leur offre telle quelle. (et non : Nous avons accepté leur offre tel que.) (Telle et quelle s’accordent avec offre.)

- La proposition a été adoptée telle quelle. (et non : La proposition a été adoptée tel que.)

(Telle et quelle s’accordent avec proposition.)

- Les ordinateurs seront mis en vente tels quels. (et non : seront mis en vente tels que.)

(Tels et quels s’accordent avec ordinateurs.)

 

Tel, adjectif qualificatif, peut aussi introduire une comparaison. Il équivaut alors à comme ou à par exemple. Dans ce cas, tel s’accorde habituellement avec le nom qui suit, c’est-à-dire avec celui qui sert de point de comparaison.

 

Exemples :

 

- Elle gisait là, immobile, tel un arbre qu’on aurait abattu.

(Elle gisait là, immobile, comme un arbre qu’on aurait abattu.)

- Les publications de notre organisme, tels les rapports de recherche et les études, sont distribuées gratuitement.

(Les publications de notre organisme, comme les rapports de recherche et les études, sont distribuées gratuitement.)

- Ces ingénieurs et ingénieures, telle Julia, sont ultraqualifiés.)

(Ces ingénieurs et ingénieures, par exemple Julia, sont ultraqualifiés.)

 

 

Tel adjectif exprime aussi l’intensité. Il peut signifier « très grand, très fort ».

 

Exemples :

 

- Une telle bêtise me stupéfie!

(Telle s’accorde avec bêtise.)

- Il a insisté à un point tel que tout le monde en a été mal à l’aise!

(Tel s’accorde avec point.)

 

 

Tel est aussi un déterminant (adjectif indéfini). Il apparaît alors directement devant un nom et désigne quelque chose que l’on ne précise pas, qui demeure indéterminé. C’est également dans ce sens que l’on emploie tel ou tel et tel et tel, locutions qui accompagnent habituellement (mais pas toujours) un nom singulier.

 

Exemples :

 

- Il lui donnait rendez-vous à telle heure et à tel endroit.

- Si telle ou telle solution lui était proposée, il accepterait. (ou, plus rarement : si telle et telle solutions)

- Pour appuyer ses dires, il citait tel et tel écrivain. (ou, plus rarement : tels et tels écrivains)

- Quelles sont les raisons qui poussent un criminel à agir de telle ou telle façon? (ou, plus rarement : de telle ou telle façons)

 - Sur place, vous pourrez vous adresser à tel ou tel représentant. (ou, plus rarement : à tel ou tel représentants)

 

 

Comme pronom indéfini, tel (tel ou tel, tel et tel) désigne une personne indéterminée. La forme untel, dont la graphie varie (un tel, Untel, Un tel, Un Tel), est employée pour parler d’une personne dont on ne veut pas préciser le nom.

 

 

Exemples :

 

- Tel est pris qui croyait prendre.

- Je sais bien que, pendant la présentation, tel ou tel s’absentera. (ou, plus rarement : s’absenteront)

- Il mentait à ses conquêtes, mais espérait tout de même que telle et telle le croient. (ou, plus rarement : le croit)

- J’ai rencontré une telle à ce colloque.

- M. Untel a pris la parole.

 

 

Pour en savoir davantage sur d’autres emplois de tel, vous pouvez consulter les articles Tel que et Comme tel.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles