Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




L'orthographe
Homophones lexicaux



Partie et parti

 

Partie et parti sont des homophones, c’est-à-dire des mots de même prononciation mais de sens différents. Il faut distinguer ces deux noms que l’on trouve dans plusieurs expressions.

 

 

Partie, nom féminin, s'écrit avec un e. Il est employé avec certains verbes et dans des expressions ou des locutions qui signifient « constituer une part ou une partie, participer ». Partie reste invariable dans avoir affaire à forte partie, faire partie de, prendre à partie, être juge et partie, avoir partie liée et dans en tout ou en partie.

 

Exemples :

 

- Les deux parties se sont finalement entendues.

- Il fait maintenant partie d'un groupe de musiciens.
- Les opposants au projet ont pris à partie le ministre.

- Sa situation l’oblige à être à la fois juge et partie.

- Il a partie liée avec elle depuis des années.

 

Dans d’autres cas, partie s’écrit selon le sens au singulier ou au pluriel. Dans être partie à ou dans, le singulier indique que le sujet pluriel forme une même partie (partie est alors un collectif), et le pluriel signifie que les éléments qui composent le sujet pluriel sont autant de parties.

 

Exemples :

 

- Elles sont partie prenante dans cette affaire. (ou : Elles sont parties prenantes dans cette affaire.)

- Elles désirent résilier les contrats auxquels elles sont parties. (Il s’agit de deux ou de plusieurs parties.)

- Ils désirent résilier les contrats auxquels ils sont partie. (Il s’agit de la même partie.)

 


Le nom parti est masculin et s'écrit sans e. Il demeure invariable lorsqu’il fait partie de locutions verbales comme prendre parti pour, tirer parti de, prendre son parti de, prendre le parti de.

Exemples :

 

- Il refuse de prendre parti contre ses collègues.

- Elle prend toujours le parti des plus démunis.

- Il vaut mieux prendre le parti d’en rire.

- Quand on ne peut rien changer, il vaut mieux en prendre son parti.

- Elle sait toujours tirer parti de ce qui lui arrive.

- Ces décisions dénotent certains partis pris. (On écrit un parti pris, du parti pris, des partis pris.)

 



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles