Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La grammaire
Le verbe > Accord du participe passé > Sans auxiliaire



Fini employé en début de phrase

 

Le participe passé fini est parfois employé au début d’une phrase sans verbe, exclamative ou interrogative. On a alors le choix d’accorder ce participe avec le nom qui suit, ce que l’on fait généralement, ou de le laisser invariable.

 

Exemples :

 

- Fini les soucis!

- Finie, la cigarette!

- Finies les vacances?

- Fini, la vie de pacha?

 

On peut expliquer ce choix d’accord par la double interprétation possible de cette construction : Fini, les soucis! peut s’interpréter comme C’est fini, les soucis!, alors que Finis les soucis! équivaut à Les soucis sont finis. Quel que soit l’accord, fini peut être suivi d’une virgule.

 

Exemples :

 

- Fini les frontières (Équivaut à : c’est fini, les frontières!)

- Finies les frontières (Équivaut à : les frontières sont finies.)

 

Le participe passé terminé est lui aussi parfois employé dans ce contexte. On pourrait donc, logiquement, accorder ce participe passé avec le nom qui suit ou le laisser invariable, tout comme fini. Cependant, puisqu'il y a très peu d'exemples d'invariabilité de terminé dans ce contexte, il vaut mieux opter pour la variabilité, et ce, même si l'on ne peut considérer l'invariabilité comme fautive.

 

Exemples :

 

- Terminée, la vie de célibataire!

- Terminés, les investissements dans l'immobilier?

 

 

Pour en savoir davantage, vous pouvez consulter l’article Tableau-synthèse : participe passé sans auxiliaire.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles