Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La typographie
Majuscules > Emploi de la majuscule pour des types de dénominations



Peuples et habitants

 

Les noms qui désignent un peuple, un groupe humain se définissant par la couleur de la peau ou les habitants d’une région prennent une majuscule initiale. Si le nom est composé, ses deux éléments prennent la majuscule.

 

 

Exemples :

 

Noms simples

 

- Éric a rencontré une Albertaine pendant ses vacances.

- On dit des Amérindiens qu’ils sont d’excellents chasseurs et pêcheurs.

- Les Belges fabriquent des chocolats savoureux.

- De plus en plus de Blancs s’intéressent à la culture hip-hop.

- Les négociations avec les Indiens cris et les Inuits sont terminées.

- Ces Innus de Mashteuiatsh partent à la trappe au castor.

- Marc a épousé une Italienne.

- Les Montréalais aiment-ils faire de la bicyclette?

- Cet opéra sera mis en scène par le Québécois Robert Lepage.

- Une Québécoise a frôlé la mort dans cette avalanche.

- Yves aime beaucoup le sens de l’humour des Saguenéens.

 

Noms composés

 

- Ginette admire l’attitude des Anglo-Saxons.

- Jean partage son appartement avec une Italo-Québécoise.

- Elle se bat pour les droits des Afro-Américains.

- Quel est le secret de la beauté des Sud-Américaines?

- L’accent des Néo-Brunswickois est charmant.

- Les habitants du Nouveau-Mexique s’appellent les Néo-Mexicains.

 

 

Les adjectifs correspondant aux noms de peuples, de groupes humains se définissant par la couleur de la peau ou d’habitants s’écrivent avec une minuscule initiale.

 

Exemples :

 

- La rivière est une voie de passage importante pour les bandes amérindiennes.

- Ma belle-famille espagnole est tombée sous le charme du Vieux-Québec.

- On appelle aujourd’hui l’Afrique noire Afrique subsaharienne.

- Plusieurs femmes blanches fréquentent cet établissement.

- Michel a une connaissance approfondie de l’économie québécoise.

- Dans l’agglomération trifluvienne, les ventes de propriétés sont en recul.

 

Soulignons que des expressions formées du nom race et d’un adjectif, comme un homme de race noire, une femme de race blanche, un homme de race asiatique, etc., sont perçues par certaines personnes comme étant porteuses d’une connotation péjorative. Il existe d’autres formules plus neutres que les précédentes : un Noir, un homme noir; une Blanche, une femme blanche; un Asiatique, un homme asiatique, etc.

 

 

Lorsqu’on emploie un adjectif correspondant à un nom de peuple ou d’habitant pour qualifier une entité (par exemple, une entreprise), cet adjectif s’écrit avec une minuscule initiale, et ce, même si l'on fait l’ellipse du nom générique de l’entité.

 

Exemple :

 

- La canadienne Bombardier a obtenu un important contrat hier.

 

 

Au Canada et au Québec, le terme autochtone peut parfois être considéré comme un nom propre et prendre la majuscule (les Autochtones) quand il désigne l’entité sociopolitique que forme l’ensemble des autochtones. (Avis de l’Office de la langue française, Gazette officielle du Québec, 24 avril 1993). En tant qu’adjectif, autochtone garde la minuscule.

 

Exemples :

 

- Les autochtones (ou : Autochtones) ne vivent pas tous dans les réserves.

- Elle est la porte-parole de l’opposition pour les affaires autochtones. (Canada)

- L’association travaille en collaboration avec le ministère des Affaires autochtones. (Ontario)

 

Métis (et Métisse, au féminin) est considéré comme un nom propre et prend donc la majuscule au sens d’« autochtone du Canada d’ascendance mixte indienne et européenne, peuplant historiquement certaines régions déterminées des Prairies canadiennes ». (Avis de l’Office de la langue française, Gazette officielle du Québec, 24 avril 1993). En tant qu’adjectif, métis (et métisse) garde la minuscule.

 

Exemples :

 

- Les Métis sont un groupe autochtone.

- Louis Riel était un chef métis.

 

 

Les noms de langue ou de groupes de locuteurs s’écrivent en minuscules.

 

Exemples :

 

- Josée suit des cours d’allemand.

- Pour ce poste, la connaissance de l’espagnol ou du portugais est un atout.

- Florent ira enseigner le français au Japon.

- Les francophones, les anglophones et les allophones n’ont pas tous la même perception de la situation linguistique au Québec. (Il ne s’agit pas ici de noms de peuples.)

 

 

Alors que le nom composé d’un nom propre et d’un adjectif s’écrit sans trait d’union (un Canadien français), l’adjectif composé s’écrit quant à lui avec trait d’union (la littérature canadienne-anglaise, le peuple canadien-français, l’humour anglo-saxon, la musique latino-américaine, la flore néo-zélandaise). Par ailleurs, notons que le nom Canadien français et l’adjectif canadien-français tendent à sortir de l’usage et à être remplacés par Franco-canadien ou franco-canadien, Canadien francophone, francophone du Canada, etc. On notera aussi que, dans une construction comme Sylvain est canadien (ou : Canadien), on peut employer indifféremment l’adjectif canadien, avec un c minuscule, ou le nom Canadien, avec un c majuscule.

 

 

Pour connaître les règles de l’emploi de la majuscule dans les gentilés formés avec néo-, vous pouvez consulter l’article Néo-. Pour en savoir davantage sur la perception négative parfois attribuée au mot race, vous pouvez consulter la fiche race du Grand dictionnaire terminologique.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : janvier 2018

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles