Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La grammaire
Le verbe > Modes > Concordance des temps



Mode du verbe après si

 

Conditionnel

 

Dans une proposition introduite par si qui exprime une condition, le verbe n’est jamais au conditionnel.

 

Exemples :

 

- Ils assisteront au colloque s'ils le peuvent. (présent de l’indicatif)

- Ils assisteraient au colloque s’ils le pouvaient. (imparfait de l’indicatif)

- Si vous acceptiez, nous en serions ravis. (imparfait de l’indicatif)

- S’ils avaient accepté, nous en aurions été ravis. (plus-que-parfait de l’indicatif)

 

 

Toutefois, il n’est pas toujours exact de répéter que « les scies (si) n’aiment pas les raies (-rais) ». Dans certains contextes, le conditionnel après si est possible.

 

Dans une proposition relative introduite par si qui exprime non pas une condition, mais une concession, le verbe peut être au conditionnel ou au futur. Il pourra donc se terminer par -rai, -ra, -ront, -rais, -raient, etc. On peut analyser ce genre de construction appartenant à un registre de langue très soutenu comme une ellipse de s’[il est vrai que], s’[il faut admettre que], si [on estime que].

 

Exemples :

 

- Si cela semblera toujours incroyable à plusieurs, il n’en reste pas moins que c’est la pure vérité. (c’est-à-dire : s’il est vrai que cela semblera toujours incroyable…)

- Si le texte dans son entier serait trop long, on pourrait tout de même en retenir une partie. (c’est-à-dire : s’il faut admettre que le texte dans son entier serait trop long…)

 

 

Le conditionnel est également correct après si lorsque cette conjonction introduit une interrogation indirecte.

 

Exemples :

 

- Nous aimerions savoir si vous seriez disposé à entrer en fonction le mois prochain. (équivaut à : Nous aimerions savoir : Seriez-vous disposé à...)

- On ne saura jamais s’ils auraient pu gagner. (équivaut à : On ne saura jamais : Auraient-ils pu gagner?)

- Je lui ai demandé s'il voudrait me remplacer. (ou, à l'imparfait de l’indicatif, mais avec une nuance de sens : s'il voulait me remplacer)

 

 

Subjonctif

 

Par ailleurs, lorsqu’on emploie les locutions si… et que pour éviter la répétition de deux si en tête de deux propositions coordonnées, que est généralement suivi du subjonctif, mais le mode indicatif est admis.

 

Exemples :

 

- Si vous déposez une plainte par écrit et que vous ne receviez (ou recevez) pas d'accusé de réception dans les dix jours…

(équivaut à : Si vous déposez une plainte par écrit et si vous ne recevez pas d’accusé de réception…)

- Si vous recevez un appareil défectueux et que vous ne le signaliez (ou signalez) pas immédiatement…

(équivaut à : Si vous recevez un appareil défectueux et si vous ne le signalez pas immédiatement.)

 

 

Pour en savoir plus sur l’emploi du conditionnel dans les phrases hypothétiques, vous pouvez consulter l’article Conditionnel dans les phrases hypothétiques.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : septembre 2017

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles