Site de l'Office québécois de la langue française
Bandeau et barre de navigation Page d'accueil Plan du site Commentaires Coordonnées English section Portail du gouvernement du Québec
 

 

Recherche
 

Index alphabétique  Index thématique




La typographie
Majuscules > Emploi de la majuscule pour des types de dénominations



Entreprises

 

La dénomination des entreprises et des sociétés suit des règles de formation bien précises. Un nom d’entreprise, souvent naguère appelé raison sociale, est habituellement formé de deux éléments, un générique, qui sert à dénommer de façon générale une entreprise, et un spécifique, qui sert à distinguer nettement une entreprise d'une autre (dans certains cas, cette partie spécifique est cependant utilisée seule).

 

En principe, à part les noms de personnes et les noms de lieux qu'un nom d’entreprise peut comprendre, seules la première lettre du générique et la première lettre du spécifique sont des majuscules, à moins bien sûr que tout le nom ne soit écrit en majuscules. L'article qui précède le générique dans le corps d’une phrase (contracté au besoin) ne fait généralement pas partie du nom d’entreprise. En outre, l’élément générique – qui précède généralement le spécifique – doit être en français, même si l’élément spécifique peut être dans une autre langue.

 

 

Dans certains contextes (contrats, en-têtes, etc.), une indication du statut juridique de l'entreprise (ltée ou ltée, inc., SEC, SENC [abréviations respectives de limitée, de incorporée, de société en commandite et de société en nom collectif]) suit la dénomination; cette indication s’écrit en minuscules, sauf lorsqu’il s’agit de sigles. À l’inverse, on met une majuscule aux noms qu’on trouve dans les expressions et Associés, et Compagnie, et Cie, et Fils, etc., expressions qui entrent parfois dans la composition des noms d’entreprises.

 

Exemples :

 

- la Société informatique des Laurentides

- le Cabinet-conseil Excelor

- la Caisse populaire du Quartier-Chinois

- la Caisse populaire de Bedford

- la Banque Nationale

- les Chantiers maritimes de Lauzon

- les Ateliers Mountainview

- les Éditions du Boréal

- l’Entreprise de construction L'ancrage inc.

- la Boutique du Bon jardinier

- le Café du Temps retrouvé

- le Restaurant des Fleurs de lotus

- la Compagnie de la Baie d’Hudson

- le Casino de Montréal (Les casinos d’État du Québec ont des activités de nature commerciale.)

- l’Agence des Voyageurs

- Chauffage et climatisation Néoclima SEC

 

 

Si le générique précède la dénomination, mais n’en fait pas partie, il ne prend pas la majuscule. De même, si on ajoute un élément générique à un nom formé d’un générique et d’un spécifique, ce dernier élément s’écrit en minuscules.

 

Exemples :

 

- la société Thompson Canada

- la société Air Transit

- l’entreprise Éconor

- les éditions Les heures bleues

- la boutique L’impromptu

- la compagnie Sears

- l’entreprise de construction Habitation Plus

- la société des Pneus Sécur

 

Lorsqu’un nom d’entreprise formé d’un générique et d’un spécifique commence par un article (bien que l’article soit déconseillé dans la formulation de ce type de nom), cet article prend la majuscule (mais pas le nom qui le suit) et se contracte au besoin.

 

Exemple :

 

- C’est pourquoi Les publications Prodomo lancent… Il faut s’adresser directement aux Publications Prodomo pour… Consultez le site des Publications Prodomo.

 

 

Enfin, il faut noter que certains noms d’entreprises dérogent à ces règles d’écriture et, notamment, font un usage excessif des majuscules. Dans les textes juridiques, il convient de reproduire exactement les noms que les entreprises ont enregistrés, mais dans les autres textes, on peut opter pour la cohérence, la simplicité et l’uniformité, et appliquer les règles générales. Dans les textes où figurent de nombreux noms d’entreprises, c’est une position raisonnable, surtout s’il n’est pas possible de vérifier l’usage dans chaque cas.

 

 

Pour en savoir davantage sur les noms d’entreprises, vous pouvez consulter l’article Syntaxe des noms d’entreprises, qui porte sur l’ordre des éléments de la dénomination, et l'article Nom d'entreprise, qui traite de l’accord du verbe.



Haut
Date de la dernière mise à jour de la BDL : janvier 2018

Accès à l’information - Politique de confidentialité
Québec

© Gouvernement du Québec, 2002

Aide à la recherche Présentation de la BDL Foire aux questions Liste des articles